ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Vote sur l’abattage avec étourdissement : une défaite pour le bien-être animal
Le vendredi 17 juin 2022

Lors de la séance plénière de ce jour, il n’y a pas eu de majorité démocratique au Parlement bruxellois pour imposer l’abattage avec étourdissement préalable. Pour les porteurs de ce projet d’ordonnance, Jonathan de Patoul et Ariane de Lobkowicz (DéFI), Lotte Stoops (Groen) et Carla Dejonghe (Open VLD), c’est une défaite pour le bien-être animal en Région bruxelloise.

Chez DéFI, la liberté de vote est pleine et entière

Le 30 septembre 2021, la Cour constitutionnelle a confirmé la légalité au regard du droit belge et européen des décrets wallons et flamands imposant un étourdissement préalable lors de l’abattage des animaux.  Cette nouvelle décision de justice a relancé la question de l’abattage sans étourdissement préalable des animaux en Région bruxelloise. Cette question étant déjà tranchée en Wallonie et en Flandre depuis 2019. 

A défaut d’avoir trouvé un accord au sein du Gouvernement, c’est au Parlement que s’est déroulé le débat sur l’abattage avec étourdissement préalable réversible. Un débat pour lequel, en marge de l’accord de Gouvernement,  la liberté de vote était établie.

Chez DéFI, cette liberté a été pleine et entière. Aucun de nos parlementaires n’a été remplacé lors du vote en commission pour éviter une “voix discordante”. Pas de jeu de chaises musicales ni de consignes de votes. Nos parlementaires ne sont pas et ne seront jamais des presse-boutons qui votent le doigt sur la couture du pantalon.

Un débat démocratique

Oui, l’abattage avec étourdissement réversible méritait un débat démocratique au-delà des raccourcis, des slogans et des détournements nauséabonds dont les réseaux sociaux se sont faits échos ces derniers mois. 

Oui, le débat portait bel et bien sur le bien-être animal : la proposition ne visait  pas à interdire l’abattage rituel mais uniquement à interdire l’abattage sans étourdissement réversible préalable, et ce, dans un souci d’épargner des souffrances inutiles aux animaux. 

Oui, le monde politique démocratique bruxellois aurait manqué à son devoir, une fois connues les positions de la Cour de Justice de l’Union européenne et de la Cour constitutionnelle, en ne tenant pas ce débat.

C’est un échec pour le bien-être animal. Je suis bien évidemment déçu que le droit, la science et l’avis de 70 % de Bruxellois n’aient pas suffi à convaincre une majorité de parlementaires issus des partis démocratiques qui ont pourtant voté un texte similaire en Wallonie ou en Flandre. Avec Ariane de Lobkowicz, cosignataire de ce projet d’ordonnance, nous continuerons  à nous battre pour défendre le bien-être des animaux.

Jonathan De Patoul

Il est essentiel de dépasser ce vote en organisant immédiatement la transparence, la traçabilité et l’étiquetage des viandes issues des abattoirs afin que chaque consommateur puisse consommer en connaissance de cause de la viande issue de la filière pratiquant l’étourdissement, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Emmanuel De Bock

Nous devons prendre acte qu’il n’y a, aujourd’hui, pas de majorité démocratique pour imposer l’étourdissement avant tout abattage. C’est regrettable, et en contradiction avec une large majorité de Bruxellois qui adhèrent à cette mesure. Personnellement, je ne me résignerai jamais à ce que la souffrance animale soit traitée de manière différente à Bruxelles que dans les deux autres régions. Je proposerai à mon parti de remettre la proposition sur la table lors des élections de 2024, en ce compris pour de futures négociations.

François De Smet
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Du code de la participation citoyenne à l’obtention du label « Commune citoyenne »
Commune de Grez-Doiceau Du code de la participation citoyenne à l’obtention du label « Commune citoyenne »
Fiscalité automobile en Wallonie : DéFI dénonce une réforme stigmatisante et pénalisante
Wallonie DéFI dénonce une réforme stigmatisante et pénalisante
« Notre système fiscal est opaque, injuste et inefficace »
Réforme fiscale Réforme fiscale, « Ce qu'il nous faut ici c’est du courage »
La rue François Vekemans va retrouver un distributeur bancaire
Batopin La rue François Vekemans va retrouver un distributeur bancaire