ACTUALITÉS

Provinces
Une réforme de la Province de Namur qui préserve l'emploi et se recentre sur ses missions
Le vendredi 11 septembre 2020

Le gouvernement wallon a décidé de transférer 60% du financement des zones de secours aux provinces d’ici 2024. Pour assumer ce financement, la Province de Namur doit réduire la voilure puisque dès cette année, elle devra dégager 5 millions d’euros d’économies. Une réforme qui n’empêche pas la Province de préserver l’emploi et lui permet de se recentrer sur ses missions.

Un choix responsable

Obligée de se prêter à l’exercice, la majorité MR-CDH-DéFI n’a pas fait le choix de la facilité mais bien celui d’une réforme globale, structurée et à long terme. Un choix responsable qui a pour volonté de simplifier et de recentrer les missions de la Province de Namur autour de 4 métiers : l’enseignement/la formation, la culture, le vivre-mieux (action sociale/santé) et la transition territoriale (y compris la mobilité douce, le numérique, la participation citoyenne,…). Pour François De Smet, président de DéFI, « cet accord avait deux grands objectifs : l’avenir de l’institution et le bien-être du personnel. DéFI souligne le respect entre les 3 partenaires et est fier de participer à une majorité qui, par ailleurs, est la première à finaliser cet exercice difficile. En agissant plutôt qu’en subissant la réforme imposée pour le Gouvernement wallon, nous avons fait le choix de la responsabilité et non de la facilité. »

Deux exclusives

Pour la Province de Namur, il était important de ne pas avoir recours aux licenciements de masse malgré les économies importantes à effectuer rapidement et d’ici 2024. « Nous favoriserons les départs naturel à la pension sans renouvellement sauf pour des fonctions spécifiques. Nous ne voulons pas non plus de hausse de la fiscalité pour les citoyens. Nous aurons donc recours à la suppression de plusieurs missions/services résiduaires (par ex. tourisme, politique étrangère, imprimerie provinciale, sport, cinéma) et à une diminution ou une suppression des dotations provinciales à certains organismes, intercommunales, partenaires et asbl. Pour finir, nous adapterons ou nous supprimerons certaines aides aux communes comme les services d’appui » explique Amaury Alexandre, député provincial DéFI à Namur. « Il ne faut pas voir cette réforme comme une perte de missions mais plutôt comme un perfectionnement de plusieurs d’entre elles. Un grand nombre de citoyens s’interrogent aujourd’hui sur les questions énergétiques, environnementales,… Ils veulent aussi être davantage des acteurs de notre société. L’accord intervenu permettra de rencontrer ces préoccupations. »

Enfin, pour Bertrand Custinne, président de DéFI Province de Namur, « annoncer cette vision globale avec transparence et sincérité est une preuve de courage politique mais aussi une marque de respect à l’égard du personnel et de tous ceux qui ont des liens avec l’institution provinciale. Nous espérons faire d’une contrainte gouvernementale une opportunité pour optimaliser le rôle de notre province. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“La N-VA n’a pas voulu être solidaire vis-à-vis de la situation gravissime de la Wallonie et de Bruxelles”
Interview “La N-VA n’a pas voulu être solidaire vis-à-vis de la situation gravissime de la Wallonie et de Bruxelles”
Oyez, oyez, citoyens, posez des questions à vos élus !
Brabant wallon Oyez, oyez, citoyens, posez des questions à vos élus !
Un projet inacceptable à l’heure de la  participation citoyenne
Boucle du Hainaut Un projet inacceptable à l’heure de la participation citoyenne
Près de 1.000 PC distribués dans les écoles secondaires depuis le début de la crise
Région bruxelloise Près de 1.000 PC distribués dans les écoles secondaires depuis le début de la crise