ACTUALITÉS

Libramont
Une fresque monumentale à la mémoire de Marie Howet
Le mercredi 7 avril 2021

Ceux qui ont emprunté tout récemment la Grand’rue à Libramont ne sont certainement passés à côté sans la voir ! Depuis quelques jours, une fresque monumentale dédiée à l’artiste-peintre Marie Howet (1897-1984) est installée sur le pignon de la pharmacie attenante à l’Office du Tourisme. C’est donc de façon magistrale que la Commune de Libramont-Chevigny a décidé de lancer le décompte en vue du 125e anniversaire de la naissance de son artiste la plus emblématique. L’événement sera en effet fêté dans très exactement un an. 

« Il faut d’abord préciser que cette fresque s’inscrit dans un projet plus large qui concerne les aménagements extérieurs de la Maison Howet, siège de l’Office du Tourisme. Des aménagements qui poursuivent plusieurs objectifs. D’abord, ils visent à mieux identifier la bâtisse comme la demeure de Marie Howet et sont donc aussi conçus comme un outil didactique. C’est particulièrement le cas de la fresque. Ensuite, il y avait la volonté de faire de ces aménagements une vitrine de la créativité artistique locale et d’ainsi doter la Grand’rue d’une oasis artistique. Le projet permet enfin de faire le lien entre deux générations artistiques« , détaille Jonathan Martin, échevin de la Culture, du Patrimoine et du Tourisme à Libramont-Chevigny. 

La fresque n’est ainsi pas le premier projet, ni le dernier, à prendre place au numéro 24 de la Grand’rue à Libramont. Fin septembre, la créatrice de vitraux Aurélie Moreau (Nimbermont) avait déjà eu l’occasion d’installer un magnifique vitrail au niveau de l’imposte de la porte d’entrée de la maison. Un vitrail réinterprétant le tableau de Marie Howet intitulé « Les Aubépines ». Et dans moins de quinze jours, c’est l’œuvre-enseigne du collectif Sylv’Art qui viendra parachever la devanture de la maison. Mais revenons-en à la fresque et intéressons-nous à la méthodologie ayant conduit au résultat qu’on peut aujourd’hui admirer. 

« Il y a plus d’un an, nous avons adressé un appel à projets aux illustrateurs de la commune. Il y en a déjà quelques-uns ! L’idée, c’était de pouvoir en un coup d’œil appréhender le parcours de Marie Howet. Nous avions donc au préalable identifié différents traceurs pour aider les participants. Nous avons aussi constitué un jury, au sein duquel on retrouvait notamment les responsables des différentes institutions ayant accueilli les dernières rétrospectives de Marie Howet, des personnalités locales sensibles au domaine artistique ou encore une représentante de la famille Howet. Tant sur la pertinence que sur l’esthétique, c’est le projet d’Olivier Schier (Saint-Pierre) qui a recueilli le plus de points. Mais la composition de départ a encore subi pas mal de modifications sur base des remarques et conseils des membres du jury« , explique l’échevin Jonathan Martin.  

Olivier Schier, 58 ans, habite la commune de Libramont-Chevigny depuis une trentaine d’années. Passé par l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège, il est aujourd’hui connu comme illustrateur de livres pour enfants. Ce projet l’a donc amené à quitter sa zone de confort. 
« J’étais très enthousiaste à l’idée de prendre part à ce projet car j’ai toujours voulu réaliser une fresque. C’est pour moi une forme d’aboutissement. Je connaissais Marie Howet comme tout le monde. Mais ce travail m’a vraiment permis de creuser le sujet. Je me suis beaucoup documenté sur elle. On peut même dire que je me suis mis dans la peau d’un étudiant qui doit réaliser une thèse. A une époque où seuls les hommes devaient gagner, c’était en tout cas une femme courageuse. Heureusement, elle a pu bénéficier de l’appui familial. C’est important d’être bien entouré quand on fait ce métier« , explique l’artiste. 

Quelques enjeux techniques étaient aussi à prendre en considération. « La principale difficulté a sans doute été d’interpréter les couleurs de certains éléments au départ de photos en noir et blanc. Il fallait aussi que l’ensemble soit cohérent, que chaque élément de la composition soit à la bonne place. L’agrandissement me faisait également peur. Quand on part d’un A3, on ne sait pas comment vont se comporter les perspectives, les traits et les aplats. Mais je suis très satisfait du résultat final. Le rendu des couleurs est par ailleurs très fidèle à mon dessin, sachant qu’il s’agit d’une fresque imprimée« , précise Olivier Schier. 

Et le Libramontois d’adoption de conclure : « Avec cette réalisation, je peux maintenant dire que je suis de Libramont ! » 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Un Job Day dédié au secteur de l’HORECA le 25 juin
Bruxelles-Ville Un Job Day dédié au secteur de l’HORECA le 25 juin
“Trop peu de soignants et de citoyens connaissent cette maladie et aucune campagne de sensibilisation n’est prévue”
Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose “Trop peu de soignants et de citoyens connaissent cette maladie et aucune campagne de sensibilisation n’est prévue”
DéFI conclut un accord qui confirme la neutralité exclusive comme règle de base
Port de signes convictionnels à la STIB DéFI conclut un accord qui confirme la neutralité exclusive comme règle de base
“C’est facile de claquer la porte, le vrai courage est de rester”
Signes convictionnels à la STIB “C'est facile de claquer la porte, le vrai courage est de rester”