ACTUALITÉS

déconfinement
"Une concertation avec le monde de la nuit pour une relance cet été encore"
Le lundi 6 juillet 2020

Alors que les établissements du secteur Horeca (hôtels, restaurants, cafés) sont à nouveaux ouverts et que le Conseil national de sécurité ne se réunira pas avant la fin de l’été, il est une ultime catégorie de lieux qui n’ont pas obtenu l’autorisation de rouvrir, ceux du monde de la nuit (bars de nuit, discothèques…). Pour DéFI, cette situation est injuste puisque les autres lieux sont rouverts depuis le 1er juillet et pourront accueillir plusieurs centaines de personnes dès le mois d’août.

Sophie Rohonyi, BX1 – Juillet 2020

C’est la raison pour laquelle DéFI vient de déposer à la Chambre une proposition de résolution demandant un plan de relance pour le secteur de la nuit. « Ces établissements peuvent, à un moment de l’année particulièrement propice aux sorties, aider à résoudre les questions des fêtes non autorisées. Le secteur jouit d’une expertise en termes de sécurité et de prévention qui pourrait être utilisée à bon escient, c’est-à-dire pour éviter les débordements propres à de telles fêtes improvisées et non-encadrées », estime la députée fédérale Sophie Rohonyi.

Protocole sanitaire

Pour sauver et relancer ce secteur durement touché « qui a le couteau sur la gorge », DéFI demande au gouvernement, d’une part, d’établir, en concertation avec le secteur du monde de la nuit, un protocole sanitaire permettant sa relance dès le mois d’août ; et d’autre part, de réévaluer ce protocole tous les 15 jours au regard de l’efficacité des mesures prises et de l’évolution épidémiologique. Exemple de mesures qui pourraient trouver place dans cet accord : « Le monde de la nuit a proposé un protocole précis pour une reprise, avec des groupes de personnes constituant les fameuses bulles, l’installation de plexiglas, le fait de faire en sorte que les files d’attente à l’extérieur soient régulées en amont, la prise de température des clients avant d’entrer, etc.», explique Sophie Rohonyi à La DH.

La situation actuelle, si elle n’est pas modifiée, signifierait une suspension d’activités de 6 mois pour les établissements. DéFI demande donc aussi la réintroduction du moratoire sur les faillites, qui a pris fin le 17 juin 2020, pour le secteur du monde de la nuit , jusqu’au 31 mars 2021.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
développement durable Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
“Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Covid-19 “Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Le budget bruxellois en hausse de 33%
Bien-être animal Le budget bruxellois en hausse de 33%
Une nouvelle mesure pour aider les chercheurs d’emploi, dont l’entreprise a fait faillite, à rebondir
Région bruxelloise Une nouvelle mesure pour aider les chercheurs d’emploi, dont l’entreprise a fait faillite, à rebondir