ACTUALITÉS

Turquie
DéFI condamne les dérives autoritaires et appelle au dialogue démocratique !
Le mercredi 20 juillet 2016

Suite à la tentative de coup d’état particulièrement sanglante menée par une fraction de l’armée turque à l’encontre du régime Erdogan, les réactions des gouvernements européens et américain ne se sont pas faites attendre. Ils ont tous soutenu le président, non pour sa personne, mais pour sa fonction de président démocratiquement élu, estimant, à juste titre, que les changements politiques ne peuvent se faire par la violence mais par la voie des urnes.

L’Allemagne a ainsi appelé le gouvernement turc à respecter l’Etat de droit, cet Etat de droit impliquant certes des élections démocratiques, mais également, qu’une fois au pouvoir, un chef d’Etat respecte :

– l’opposition;

– la liberté de la presse;

– le droit à un procès équitable;

– l’indépendance et l’intégrité du pouvoir judiciaire,

– le respect des minorités nationales,

– et le droit international.

Or, tous ces principes démocratiques fondamentaux sont aujourd’hui menacés par un gouvernement qui semble voir, en ce putsch avorté, l’occasion de museler tout ce qui appartiendrait de près ou de loin à l’opposition politique perçue par le régime comme, je cite, un “virus” à éradiquer de toute urgence.

En outre, un possible rétablissement de la peine de mort a été évoqué, en totale contradiction avec les protocoles 6 et 13 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Face à un tel affront du président Erdogan aux principes démocratiques fondamentaux que nous défendons, notre place au coeur de l’UE doit nous amener à condamner fermement les dérives autoritaires en cours et appeler le régime Erdogan à rétablir le dialogue démocratique plutôt que de l’empêcher.

En conséquence, Véronique Caprasse, députée fédérale, a interrogé le Premier ministre sur cette situation critique ce mercredi 20 juillet à la Chambre. « De quel moyen de pression estimez-vous pouvoir faire usage au sein de votre gouvernement mais aussi de l’UE? Je pense en effet qu’à l’heure où l’euroscepticisme est en recrudescence, la réponse de l’UE doit plus que jamais être claire, ferme, et à la hauteur des valeurs démocratiques en jeu.« 

Affaire à suivre.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Olivier Maingain :  « DéFI a maintenu sa ligne laïque »
région bruxelloise Olivier Maingain : « DéFI a maintenu sa ligne laïque »
François De Smet : « Accueillir dignement des demandeurs d’asile, cela ne n’est pas mener une politique nouvelle »
Chambre François De Smet : « Accueillir dignement des demandeurs d'asile, cela ne n'est pas mener une politique nouvelle »
Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n’en n’est pas responsable »
à la rencontre de nos élus (4) Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n'en n'est pas responsable »
DéFI désigne ses chefs de groupe aux Parlements bruxellois
région bruxelloise DéFI désigne ses chefs de groupe aux Parlements bruxellois