ACTUALITÉS

A la rencontre de nos élus (1)
Sophie Rohonyi : « Je suis fascinée par la force de caractère de Simone Veil »
Le dimanche 30 juin 2019

Tout au long de l’été, nous vous proposons d’aller à la rencontre de nos nouveaux parlementaires à la Chambre et au Parlement bruxellois au travers de portraits tant personnels que politiques. Premier rendez-vous avec Sophie Rohonyi, députée fédérale DéFI.

1. Si vous deviez définir DéFI en une phrase, quelle serait-elle?

DéFI est un parti d’avenir et d’espoir : progressiste, intègre, laïque et européen.

2. Comment expliqueriez-vous les valeurs de DéFI en quelques mots à un ado ?
 
DéFI veut soutenir tant les personnes qui contribuent à la richesse et à l’économie d’un pays que celles qui ont moins de ressources ou de chances. Pour une société apaisée et prospère, l’un ne va pas sans l’autre. DéFI, c’est aussi la défense infaillible des droits humains. C’est la bonne gestion publique, le fait de faire fonctionner nos institutions en toute transparence et en étant toujours guidé par l’intérêt général plutôt que par l’intérêt personnel. DéFI, c’est également la recherche perpétuelle d’une concrète égalité entre les citoyens, et qui nécessite par conséquent une lutte sans relâche contre les extrémismes qui désignent des bouc-émissaires sans proposer de solutions. DéFI est un parti qui veut permettre à chacun de s’épanouir pleinement dans ses choix de vie privée et professionnelle.
 
3. Si tout était possible, quelle serait la mesure concrète et précise que vous prendriez dès demain ?
 
Doubler le budget alloué aux juridictions en leur accordant, chaque année de la mandature, 200.000 euros de budget de fonctionnement supplémentaires. C’est en effet ce budget qui conditionne le recrutement des magistrats, leurs bonnes conditions de travail et, par conséquent, l’application des lois à tous et dans un délai raisonnable. C’est ce qui permettra à toutes les infractions d’être sanctionnées, en particulier celles qui ne sont que trop rarement poursuivies aujourd’hui faute de moyens, comme les violences sexuelles faites aux femmes par exemple.
 
4. Qu’aimeriez-vous que l’on dise de votre mandat au terme de la législature qui vient de commencer ?
 
Au regard des sombres résultats des élections du 26 mai, je souhaite mettre ce mandat sous le signe d’une lutte acharnée contre l’extrême-droite, le populisme et le nationalisme. Par des arguments forts, je souhaite couper l’herbe sous le pied des partis qui alimentent les peurs et accentuent les inégalités à l’égard des minorités, des femmes, des plus faibles… et ainsi faire comprendre à leurs électeurs que ces partis ne sont pas dignes de leur confiance et qu’ils ne constituent en aucun cas des alternatives crédibles. Les gens doivent absolument prendre conscience de leur dangerosité et se tourner vers des partis sérieux et démocratiques, comme DéFI. J’aimerais vraiment que l’on dise que j’ai bâti des ponts plutôt que des murs, et que ça a porté ses fruits.
 
5. Vous ne seriez pas là où vous êtes aujourd’hui sans … ?
 
Mon parcours s’est construit au fil de nombreuses rencontres qui ont été déterminantes. L’une d’elle fut celle avec l’ancien collaborateur d’Olivier Maingain, Christophe T’sas, dans le cadre de mon précédent travail au Centre d’action laïque (CAL). C’est dans ce cadre-là que j’ai découvert ce que proposaient les différents partis en matières de justice, d’éthique, d’égalité hommes/femmes, et qui m’a convaincu de la plus-value de DéFI. C’est ensuite en travaillant pour Olivier Maingain à la Chambre que j’ai succombé à la politique fédérale, ses enjeux, ses difficultés, mais aussi et surtout que j’ai développé l’envie de défendre mon pays et ses valeurs, autrement dit ce qui nous unit plutôt que ce qui nous divise.
 
6. Quel trait de votre personnalité pourrait vous servir au cours de cette législature ?
 
Je suis une éternelle perfectionniste.. Je veillerai ainsi à ce que nos textes soient d’une qualité telle que les autres partis soient obligés de les soutenir !
 
7. Si vous deviez faire une déclaration d’amour à votre commune, que diriez-vous ? 
 
Rhode-Saint-Genèse, c’est la ville à la campagne. Une commune multilingue, multiculturelle, qui s’enrichit de sa nature et du talent de ses habitants, et qui gagne à être connue.
 
8. Quelle est la/le citation/mantra/proverbe  que vous affectionnez particulièrement ? 
 
« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » (Nietzsche). « Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. » Gandhi.
 
9. Si vous pouviez discuter/débattre avec une célébrité/personnalité (vivante ou décédée) durant une heure, quelle serait-elle ? Quels sujets souhaiteriez-vous aborder et pourquoi ? 
 
Simone Veil. J’ai dévoré son livre Une vie et j’ai été fascinée par sa faculté à se reconstruire après l’horreur d’Auschwitz. Elle en a fait une force pour défendre des dossiers difficiles dans une Assemblée nationale essentiellement masculine. J’aurais aimé discuter avec elle de la force qu’elle a trouvée pour surmonter les obstacles et tracer son impressionnant parcours.
 
10. Quel moment difficile de votre vie vous a aidé à rebondir ou vous a appris quelque chose d’essentiel pour poursuivre votre chemin professionnel et/ou personnel ? 
 
Le décès de mon grand-père paternel, parti trop tôt. Je me suis beaucoup renseignée sur son parcours en tant que réfugié politique et en tant qu’artiste. Il était en effet peintre-affichiste et a dû quitter la Hongrie au début du régime soviétique pour continuer à vivre de sa passion avec ma grand-mère. J’ai toujours été fière de sa faculté d’intégration et de sa force de travail. Aujourd’hui, lorsque je dois puiser dans mes réserves, lorsque la fatigue m’assaille ou lorsque je suis critiquée, je pense à lui, à sa créativité et à son courage, et je m’en inspire.
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"
Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier
Présidence de DéFI Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier