ACTUALITÉS

interview
« Si les policiers étaient racistes, ils ne seraient pas émus d'être traités de racistes »
Le lundi 22 juin 2020

Un tour complet de l’actualité, voilà ce que proposaient Les experts de BX1 au président de DéFI, François De Smet, samedi 20 juin. Résumé par thématique.

Pour revoir l’émission dans son intégralité, cliquez ici.

Racisme

« Les dispositions existent, mais s’il était possible, depuis 40 ans, que ces lois suffisent à faire disparaître le racisme, cela se saurait : ces lois sont mal appliquées, par exemple l’enregistrement des plaintes, la difficulté à prouver les choses. Par ailleurs, je rappelle, au rayon des choses que l’on fait chez DéFI, qu’il existe des tests de situation et que les seuls que l’on fait, c’est à Bruxelles que Didier Gosuin les a introduits et que Bernard Clerfayt poursuit ce travail. Mais on ne peut lutter contre les discriminations à l’embauche sans l’aide des employeurs comme on ne peut lutter contre les violences policières sans l’aide de la police. Les 10.000 personnes qui ont manifesté contre le racisme ne sont pas folles : il y a un problème. Depuis Durban en 2001, on nous promet un plan de lutte contre le racisme mais tous les partis, je pense à la N-VA, ne sont pas si convaincus par la nécessité d’un plan interfédéral. »

Décolonisation

« Peut-être que la Belgique devra présenter ses excuses, oui, mais pas sans processus. Il n’y a pas de polémique historique au fond en Belgique mais il y a un décalage entre la réalité historique des faits et la façon dont cela percole dans la population. Si des excuses arrivent après une commission parlementaire, publique, où l’on entendra des experts, pourquoi pas. Le politique peut réconcilier ces avis très tranchés de part et d’autre, le Parlement est le lieu adéquat d’un débat démocratique. »

Violences policières

« Il faut mettre fin aux amalgames : oui, il y a des comportements policiers racistes mais la police elle-même n’est pas raciste. C’est un métier difficile qui mérite le respect et la plupart des gens font bien leur métier. La manifestation des policiers de vendredi dernier me touche car elle ne vient pas d’un syndicat, ne demande pas plus de moyens et ne s’adresse pas seulement au politique mais à la population, elle leur demande du respect. Si la police était raciste, les policiers ne seraient pas émus et choqués d’être traités de racistes ! Il faut évidemment punir les mauvais comportements, il n’y a peut-être pas assez de prévention mais il faut compter sur la police pour faire le ménage elle-même. Ceux qui réclament contre la police demandent la même chose que les policiers, à savoir des bodycams. »

Négociations fédérales

« La famille socialiste a pris la main, elle était légitime à le faire et avait prévenu tout le monde. C’était un début de solution intéressante mais qui avait l’avantage de dire : si tout le monde reste sur ses exclusives, il n’y a que cela de possible. Les trois partis de gouvernement semblent reprendre la balle et la confisquer, disant qu’ils n’ont rien de mieux et qu’ils feront rapport le 21 juillet. Mais de quel droit ? Il faut un gouvernement maintenant et pas recevoir une note le 21 juillet disant qu’on continue comme ça. Ils vont peut-être sortir un lapin de leur chapeau que personne n’a vu ou se poser la question s’ils ne sont pas sur une rente de situation. En attendant, on va vers la crise économique la plus grave de notre histoire sans solution. La classe politique est inexcusable : il y a plein de pistes sans la N-VA que l’on n’ose pas entreprendre. En tout cas, ce sera sans nous si c’est avec la N-VA. J’espère franchement que l’on votera le plus tard possible : 10.000 morts, 50 milliards de déficit, des secteurs à l’arrêt, une deuxième vague possible, personne ne se demande pour qui il va voter ! La situation sanitaire ne semble pas nécessiter une prolongation des pouvoirs spéciaux mais que le Parlement reprenne ses prérogatives. »

Soins de santé

« On a prolongé le fonds Blouses blanches à la Chambre. Il faut revaloriser les métiers des soins. Mais aussi répondre à la question de la formation, des vocations, de l’organisation : la première demande, c’est plus de bras. On ne forme pas assez d’infirmières ou d’aides-soignantes. Il faut rendre le métier plus attractif pour que la société puisse s’appuyer dessus, pas juste mieux payer les gens. On a désinvesti le secteur des soins de santé, c’est plus juste que dire qu’on a définancé. Maggie De Block a agi sans concertation avec le milieu alors pourtant qu’elle en est issue. Pour nous, il faut des états-généraux de la Santé pour réconcilier le politique avec le secteur et évaluer réellement le poids des réformes de l’État. Ne faut-il pas refédéraliser tout ce qui a trait à la sécurité d’existence ? »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Une concertation avec le monde de la nuit pour une relance cet été encore »
déconfinement "Une concertation avec le monde de la nuit pour une relance cet été encore"
Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
Région bruxelloise Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
L’extrême droite et la droite flamandes s’allient pour mépriser une nouvelle fois les droits des femmes
dépénalisation de l'ivg L'extrême droite et la droite flamandes s'allient pour mépriser une nouvelle fois les droits des femmes
DéFI veut permettre aux associations d’attaquer en justice les auteurs de maltraitance animale
Bien-être animal DéFI veut permettre aux associations d’attaquer en justice les auteurs de maltraitance animale