ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Schaerbeek demande le transfert intégral du nettoiement et de l’entretien des voiries régionales vers les communes
Le jeudi 1 juillet 2021

La propreté publique et un cadre de vie agréable avec des espaces verts de qualité comptent parmi les préoccupations principales des Schaerbeekois, mais plus globalement de tous des Bruxellois peu importe leur commune.

Lors du Conseil Communal de ce mercredi soir, une très large majorité des conseillers de la Majorité et de l’opposition (LB/ECOLO-GROEN/PS/MR/CDH + Abstention PTB) a adopté une motion réclamant le « Transfert du nettoiement et de l’entretien des voiries régionales de l’Agence Bruxelles-Propreté vers les Communes ». Cette motion émanant de la Commission Propreté & Espaces Verts, proposée à l’initiative de l’Echevine Deborah Lorenzino et du Conseiller Georges Verzin, a rallié un large consensus auprès de l’ensemble des familles politiques.

« Le système actuel d’entretien et de nettoiement des voiries et la répartition des compétences entre l’Agence Bruxelles Propreté et les communes ne fonctionnent pas. Il a atteint ses limites ! » déclare Deborah Lorenzino, Echevine de la Propreté Publique à Schaerbeek. « Tous les citoyens méritent en effet un entretien optimal et un traitement efficient et identique sur l’ensemble de l’espace public qu’ils s’agissent de voiries communales ou régionales. Le territoire communal schaerbeekois étant un et indivisible, l’absence d’unité de l’entretien et du nettoyage courant de l’espace public porte gravement atteinte à la qualité de vie des citoyens et à une bonne gestion de la propreté du territoire communal, mais plus globalement de notre Région. »

Pour rappel, en 2020, la quantité de salissures sur le territoire schaerbeekois a augmenté de manière significative. Cette année, Schaerbeek a connu une nouvelle hausse historique des déchets ramassés, dépassant le nombre de 102.000 interventions réalisées (+20% par rapport à 2019), en plus des missions de base que sont le balayage, l’entretien de avaloirs, la vidange des corbeilles et le nettoyage des marchés. Près de 40% de ces interventions complémentaires sont le fait de dépôts clandestins et d’encombrants. Salissures, sacs, dépôts, cartons s’accumulent par ailleurs en particulier sur les zones noires qui sont, dans une large mesure, toutes des voiries régionales (Liedts, Haecht, Lambermont, Plasky , …).

Si les comportements inciviques sont indéniables, le système actuel de gestion de l’entretien de l’espace public en Région bruxelloise est, sans conteste, à la source de nombreux problèmes. De trop nombreux opérateurs se partagent la « responsabilité » entraînant ainsi de la confusion, tant dans l’esprit des citoyens que dans celui des mandataires mais également, dans celui des acteurs en charge de la propreté publique.

Prenons l’exemple du chantier actuel Place Liedts/Avenue de la Reine (voiries régionales) : La STIB, Bruxelles Propreté, Bruxelles Mobilité, la Commune et l’entrepreneur se sont rejetés la balle sur la gestion des déchets… En attendant, les déchets s’accumulent, la communication est insuffisante, les courriers fusent et les citoyens pâtissent de ce manque criant de bonne gestion publique qui n’est pas digne d’une capitale internationale.

Malgré des audits externes accablants de l’agence Bruxelles Propreté et le lancement de stratégies urbaines au niveau régional, aucune réforme et changements structurels de la gestion de la Propreté publique ont été prises au niveau du Gouvernement bruxellois. Si nous accueillons positivement les récentes déclarations du Ministre régional de la Propreté en ce qui concerne les projets de réforme de la gouvernance interne, les modifications des collectes, la fin du système « fini-fini », Schaerbeek demande maintenant des actes et réclame, tout comme en 2012, que l’entretien de l’espace public soit transféré de la Région vers les communes et que le système de collecte des déchets ménagers évolue et soit profondément réformé au regard de système de collectes intelligent et performant instaurés dans des zones urbaines similaires à l’international.

Pour rappel, ce projet de transfert avait déjà été inscrit dans l’Accord de la Sixième Réforme de l’Etat, votée par tous les partis actuellement au Gouvernement régional en 2011, et devait rentrer en vigueur en 2014.

Par cette motion, Schaerbeek se porte ainsi candidate comme commune pilote pour le transfert intégral de l’entretien des voiries régionales, en ce compris notamment le balayage, le nettoiement, la gestion des encombrants et autres dépôts, sous réserve du transfert des ressources humaines, financières et matérielles de l’Agence Bruxelles-Propreté.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Carte blanche : « Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut « 
Région bruxelloise Carte blanche : "Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut "
Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Interviews Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
Région bruxelloise Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”
Podcast François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”