ACTUALITÉS

Schaerbeek
Bernard Clerfayt confirme sa position de leader
Le mercredi 18 avril 2018

Alors que Michaël Vossaert, tête de liste DéFI, ressort 2e du classement des personnalités politiques en qui les Molenbeekois ont le plus confiance, c’est au tour de son voisin schaerbeekois, Bernard Clerfayt, ce mercredi 18 avril, d’être au cœur du sondage iVox commandité par le quotidien La Capitale.

 

Bernard Clerfayt, bourgmestre DéFI sortant, est crédité de 35.1% des intentions de vote, très loin devant les autres listes concurrentes.

 

Pour Bernard Clerfayt, “ces résultats sont le fruit d’un travail de longue date. Même mes concurrents disent que Schaerbeek va dans le bon sens”. Malgré cette position confortable, l’équipe DéFI continue de travailler et ils “entendent les revendications des habitants”.

 

L’engagement et le travail de Bernard Clerfayt sont loin d’être terminés, puisque Schaerbeek connaît une croissance démographique importante, nécessitant un investissement constant.

 

Ce sondage conforte le bourgmestre dans ces choix pour les Schaerbeekois, qui semblent avoir envie de renouveler le contrat de confiance qui les lie. Même s’il tient à préciser “qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant l’avoir tué”, la liste DéFI reste sur sa lancée.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Auderghem, première commune bruxelloise à s’engager avec Give a Day
Région bruxelloise Auderghem, première commune bruxelloise à s’engager avec Give a Day
Bis repetita antisémite à Alost : il est temps d’agir !
Bis repetita antisémite : il est temps d’agir ! Carnaval d'Alost
DéFI veut faire d’Ixelles une commune « PMR admises »
Région bruxelloise DéFI veut faire d'Ixelles une commune "PMR admises"
Gisèle Mandaila : « Il n’y a pas de hiérarchie entre les discriminations »
DéFI Femmes Gisèle Mandaila : "Il n'y a pas de hiérarchie entre les discriminations"