ACTUALITÉS

Samusocial
DéFI se réjouit de l’adoption du rapport de la commission d’enquête
Le vendredi 30 mars 2018

Ce vendredi 30 mars en séance plénière du parlement bruxellois, le rapport de la commission d’enquête sur le Samusocial a été adopté par les différents groupes politiques !

 

La séance plénière avait été scindée en deux parties : la présentation et la discussion du rapport, rapport dont Michel Colson, député bruxellois DéFI et membre de la commission d’enquête, était rapporteur jeudi 29 mars en commission. Ces deux parties étaient suivi du vote lors de la séance plénière de ce vendredi.

 

Lors de son intervention, Michel Colson a rappelé les temps forts de cette première commission d’enquête au sein du parlement bruxellois.

 

Si le rapport de 173 pages n’est évidemment pas parfait, DéFI considère que globalement la commission d’enquête a réussi à aboutir à un rapport fort adopté à l’unanimité en commission, majorité et minorité confondues, « et pourtant, ce n’était pas gagné d’avance », rappelle Michel Colson. En effet, avant cette affaire le Samusocial apparaissait comme une citadelle bruxelloise à laquelle personne n’osait s’attaquer.

 

La crise du Samusocial 

 

Pour rappel, la Commission d’enquête avait été mise en place suite à la mauvaise gestion de l’ASBL et à son manque de transparence. Voici quelques faits :

 

  • Une institution gérée sans contrôle public suffisant alors qu’elle fonctionnait avec 98% d’argent public.
  • La règle des 150% non respectée.
  • Le fait de percevoir des jetons de présence non prévus statutairement pour des réunions qui n’ont pas eu lieu.

 

Le rôle de DéFI

 

DéFI a toujours veillé à distinguer deux niveaux dans le débat, d’une part un débat de fond sur l’approche du sans-abrisme et d’autre part un débat sur la gestion et la gouvernance du Samusocial.

 

Si les mandataires DéFI n’ont jamais attendu les règles pour agir de manière éthique sans revendiquer pour autant le monopole de la vertu, Michel Colson souligne qu’ « il est de la responsabilité de tous de prendre des mesures susceptibles de rendre la confiance aux citoyens. »

 

Pour mémoire, la justice a désigné un juge d’instruction et des perquisitions. Des saisies de documents ont également eu lieu. Le député amarante déclare qu’il n’appartient donc pas aux parlementaires de préjuger d’une décision judiciaire même si cela ne les soustrait pas à la responsabilité qu’ils ont. Et d’ajouter, « cette responsabilité, c’est aussi prendre conscience aujourd’hui en votant ce rapport et ses recommandations que notre travail ne fait que débuter.»

 

L’affaire du Samusocial a eu un retentissement énorme dans l’opinion publique car elle a touché le monde social. Pour DéFI, l’adoption de ce rapport permettra un retour à la confiance dans les institutions démocratiques. Et Michel Colson d’insister, « en votant ce rapport le parlement bruxellois s’engage à en assurer un meilleur suivi ! »

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Ixelles : DéFI est la deuxième formation politique
Ixelles DéFI est la deuxième formation politique
Produits chimiques en Syrie : Olivier Maingain rappelle le gouvernement à ses responsabilités !
Produits chimiques en Syrie Olivier Maingain rappelle le gouvernement à ses responsabilités !
Namur : DéFI réalise une belle percée
Namur DéFI réalise une belle percée
Comex : Bruxelles met le cap sur Singapour et la Chine
Comex Bruxelles met le cap sur Singapour et la Chine