ACTUALITÉS

Recherche scientifique
Aucun brevet francophone dans le top 10 ! Le CEG et DéFI réagissent !
Le jeudi 16 mars 2017

Philippe Binet, vice-président du Centre d’études Jacques Georgin et Jonathan Martin, vice-président exécutif de DéFI font un constat inquiétant relatif aux demandes de brevets :

 

– Cinq entreprises

Solvay , UCB,  AB Inbev, Umicore et Agfa Gevaert

– Deux universités

La KUL et l’université de Gand

– Trois organismes

IMEC  ( Institute of Micro-Electronic)  créé à   l’initiative du gouvernement flamand en 1982 , en proximité avec le laboratoire ESAT de la KUL,

VITO ( Vlaams instelling voor technologisch onderzoek), centre de recherche et de technologie indépendant  spécialisé en développement durable et technologie propre.,

VIB (Vlaams instituut voor biotechnologie) financé par la région flamande.

 

Aucune université francophone, aucun centre de recherche de la FWB n’est repris dans le top 10”, déplorent Philippe Binet et Jonathan Martin, des entreprises/universités/organismes   ayant déposé une demande de  brevets auprès de l’Office européen des brevets.

 

Et pourtant, les enjeux sont importants ! Les brevets sont indispensables pour rentabiliser les investissements en recherche & développement. Et il n’y a pas d’avenir sans recherche, pas de perspective régionale sans chercheurs locaux.

 

Les  pouvoirs publics en sont conscients : les gouvernements wallon et bruxellois dans leur déclaration gouvernementale respective 2014-2019 ont intégré une ode à la recherche qui y occupe une place de choix.

 

Alors comment expliquer cette absence dans le  classement et y remédier ? DéFI avait pressenti dès 2016 l’annonce de ce déficit et s’est forgé une opinion après consultation d’experts du secteur. En effet, les talents ne manquent pas en FWB qui dispose d’atouts importants à la fois en recherche fondamentale et en recherche appliquée.

 

Partant, plusieurs mesures doivent être rapidement mises en œuvre :

 

  • Développer les incitants à la recherche sous financée en FWB.

Et dans le cadre d’un budget insuffisant, il faut :

  • Simplifier et rationaliser le cadre institutionnel wallon en termes d’acteurs publics et parapublics concernés par la recherche.

  • Renforcer les liens structurels entre Wallonie et Bruxelles,  notamment  dans les pôles de compétitivité avec le souhait qu’à terme  la Fédération et ses deux Régions réunissent dans une institution unique leurs compétences  et  moyens budgétaires en matière de recherche scientifique pour gagner en efficacité et en capacité.

  • Faciliter l’accès des universités et des PME aux programmes de recherche européen, source importante de financement.

  • Constituer une cellule volante de soutien administratif pour rédiger les dossiers de demandes de brevets.

  • Mutualiser partout où c’est possible, notamment en matière de gestion de brevets.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Discriminations : Vivre ensemble, c’est aussi s’amuser ensemble
Discriminations Vivre ensemble, c'est aussi s'amuser ensemble
Gouvernance : DéFI appelle à la cohérence et à la responsabilité
Gouvernance DéFI appelle à la cohérence et à la responsabilité
Périphérie : DéFI refuse la sortie des communes à facilités de Vivaqua
Périphérie DéFI refuse la sortie des communes à facilités de Vivaqua
Comex : Bruxelles à l’assaut de la Silicon Valley
Comex Bruxelles à l’assaut de la Silicon Valley