Médias
Rapport du CSA - bilan des activités de la RTBF - 2017
Le mardi 5 février 2019

Le Conseil Supérieur de l’Audio-visuel a remis son bilan sur l’exercice 2017 de la RTBF. Le contrôle portait sur les 3 services télévisuels, les 6 services sonores, la plateforme Auvio et les services web.

Globalement, le bilan 2017 est plutôt positif pour la radiotélévision francophone. Celle-ci remplit ses missions de service public établies par le contrat de gestion. La RTBF concrétise notamment ses obligations spécifiques qui lui sont confiées par le contrat de gestion. Elle les dépasse même dans certaines matières importantes comme l’information ou les quotas musicaux où les artistes musicaux de la FWB ont une belle visibilité. En production propre et en éducation permanente aussi, les engagements sont largement dépassés. L’autorité de régulation pointe aussi le fait que de nombreux formats sont aujourd’hui pensés pour être diffusés transversalement en télé, radio et sur le web. La RTBF devient petit à petit un média global. De quoi se réjouir de son évolution positive, qui s’adapte petit à petit à un environnement en pleine mutation.

Le CSA pointe néanmoins certains points qui mériteraient d’être corrigés ou améliorés :

loffre sportive : on peut se féliciter que le sport occupe une place importante dans la programmation de la RTBF (+ de 750 heures d’antenne consacrées à la retransmission d’événements sportifs). On remarque cependant que le foot occupe plus de la moitié des programmes sport. Le CSA encourage la RTBF à favoriser les disciplines moins populaires comme le sport féminin et le handisport (2,8% de la programmation en 2017). Le contrat de gestion indique en effet que la RTBF est tenue de diffuser un « éventail le plus large possible de disciplines sportives ». Il fixe aussi trois points d’attentions spécifiques : les disciplines sportives moins médiatisées, les sports pratiqués par des femmes et les sports pratiqués par des personnes porteuses d’un handicap. Auvio pourrait être un moyen de diffuser les ports de niche. La RTBF compte-t-elle amplifier ses efforts pour diffuser davantage de pratiques sportives ? La plateforme Auvio est-elle envisagée pour diffuser un panel plus large de disciplines ?

la culture en prime time : Si l’obligation en termes de programmation culturelle est rencontrée par la RTBF, le CSA encourage cependant l’éditeur à développer la transversalité de son offre pour toucher un public plus large. En télévision, l’offre culturelle est trop concentrée – 91% -sur La Deux et La Trois, et plutôt reléguée en seconde partie de soirée (47% après 21 heures) regrette le CSA qui encourage la RTBF à « développer la transversalité de son offre pour toucher un public plus large ».

Une émission de culture en prime time sur la première chaîne est-elle envisagée par la RTBF ? Cela avait fait l’objet de débats lors des auditions précédant la préparation du contrat de gestion de la RTBF.

Le collège du CSA réitère ses constats de l’exercice précédent concernant les œuvres chorégraphiques diffusées, considérant que le quota minimum de spectacles chorégraphiques est rencontré de justesse par l’éditeur, ce qui ne reflète pas le dynamisme de cette scène en Fédération Wallonie-Bruxelles. Comment expliquez-vous cette démarche timide de la RTBF par rapport aux œuvres chorégraphiques ?

Découvrez :

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI en faveur de l’élargissement du cours d’éducation à la citoyenneté à 2h par semaine
élections 2019 DéFI en faveur de l'élargissement du cours d'éducation à la citoyenneté à 2h par semaine
Enseignement : DéFI affirme la nécessité du multilinguisme dès l’école primaire
Enseignement DéFI affirme la nécessité du multilinguisme dès l’école primaire
Droit d’auteur :  DéFI regrette que les entités fédérées ne soient pas entendues
Droit d'auteur DéFI regrette que les entités fédérées ne soient pas entendues
Francophonie : En ce 20 mars, DéFI propose la création à Bruxelles d’un centre culturel de la Francophonie internationale
Francophonie En ce 20 mars, DéFI propose la création à Bruxelles d’un centre culturel de la Francophonie internationale