ACTUALITÉS

Coronavirus
Qui pour garder l’animal d’une personne hospitalisée ?
Le mardi 31 mars 2020

Les animaux pourraient être des victimes collatérales de la crise du coronavirus. La solidarité s’installe sur les réseaux sociaux où l’on voit fleurir des initiatives citoyennes qui proposent d’accueillir temporairement et gratuitement les animaux de compagnie des personnes hospitalisées. Afin d’encadrer cette pratique, de protéger les propriétaires et les accueillants et de les soutenir, une convention type est disponible.

Ne pas saturer les refuges

Lorsqu’une personne est hospitalisée, c’est généralement un membre de la famille qui prend en charge son animal de compagnie. Si ces personnes sont seules et isolées, les animaux peuvent alors pris en charge par les pensions pour animaux et les refuges.

Cependant, dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus, plusieurs refuges craignent de devoir faire face à un afflux important d’animaux et ne pourraient donc pas prendre en charge les animaux des personnes hospitalisées.

Faire fonctionner la solidarité

La solidarité s’installe donc sur les réseaux sociaux. Plusieurs initiatives permettent de mettre en contact propriétaire et accueillant afin de fournir à l’animal un logement et des soins appropriés le temps de l’hospitalisation.

Afin de protéger tant le propriétaire de l’animal que la personne qui va l’accueillir, une convention type d’accueil temporaire est mise à disposition. Celle-ci détaille l’identité de l’animal, son comportement en différentes situations, les engagements des deux parties.

« Lorsqu’une personne est hospitalisée, il est important de s’assurer que l’animal de compagnie puisse bénéficier de tous les soins nécessaires. Et je me réjouis de voir que la solidarité s’installe sur les réseaux sociaux, où les Bruxellois offrent leur aide et leur accueil pour aider des personnes isolées et leurs animaux. Grâce à cette convention, nous allons pouvoir encadrer l’accueil des animaux au bénéfice de tous : propriétaire, accueillant et animal », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du Bien-être animal.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Interdire l’obligation de masque est dangereux pour les citoyens »
Fédéral "Interdire l'obligation de masque est dangereux pour les citoyens"
« Il faut arrêter les réformes sans concertation avec le secteur et revaloriser les salaires »
Soins de santé "Il faut arrêter les réformes sans concertation avec le secteur et revaloriser les salaires"
Bruxelles propose un formulaire en ligne pour anticiper les demandes d’extension de terrasse
Horeca / Déconfinement Bruxelles propose un formulaire en ligne pour anticiper les demandes d'extension de terrasse
Osons les poules en ville !
Webinaire gratuit Osons les poules en ville !