ACTUALITÉS

intérieur
Quelles mesures concrètes pour assurer la protection des policiers lanceurs d'alerte ?
Le mardi 4 mai 2021

Ce mercredi 28 avril, Sophie Rohonyi, députée fédérale DéFI, a interpellé la ministre de l’Intérieur sur la protection des policiers lanceurs d’alerte.

Les faits dénoncés sont graves

« La presse a effectivement révélé la grève de la faim entamée le 3 avril par l’inspecteur de police bruxellois Eric Claessens pour dénoncer les pressions exercées par ses pairs depuis qu’il a prévenu sa hiérarchie quant à des violences commises par certains de ses collègues à l’encontre d’un homme éméché dans le centre-ville. Une grève de la faim que ce policier a dû interrompre sur conseil de son médecin. », rappelle Sophie Rohonyi.

« Il n’en demeure pas moins que les faits qu’ils dénoncent sont graves : sa hiérarchie lui aurait rétorqué que “ce qui se passe en bas, reste en bas” et lui aurait rendu ses conditions de travail invivables: manque de renfort, harcèlement puis une révocation qui lui ferait perdre sa pension. Un collègue aurait refusé de lui venir en renfort lors d’une intervention. Il en est ressorti gravement blessé et enchaîne aujourd’hui les hospitalisations. »

S’en est suivie une plainte introduite par le policier à deux niveaux: plainte pénale en justice et  plainte devant le Comité P.

Sophie Rohonyi a donc interpellé la ministre Annelies Verlinden afin de savoir notamment, si elle condamne les pressions exercées sur ce policier par la hiérarchie de la police fédérale, ainsi que ses collègues. Pourquoi les procédures internes sont-elles aujourd’hui si longues ? Quel contrôle existe-t-il aujourd’hui sur la direction de la police fédérale ? 

Il est temps de restaurer la confiance de la population dans la police et son efficacité

« Vous dites encourager les policiers lanceurs d’alerte, mais comment voulez-vous les encourager à entamer cette démarche, si vous ne prenez aucune mesure concrète pour assurer leur protection ? »

La ministre refuse même celles que nous proposons de manière constructive.

« C’est un cri de détresse qui est lancé par un policier, pour lui-même mais aussi et surtout par ses collègues en souffrance, qui n’osent plus s’adresser au comité P, au service de confiance ou à la Stressteam parce qu’ils ont peur des représailles, pcq ils se disent que le procédure n’aboutira pas. C’est inacceptable! »

« On ne peut plus continuer avec un système qui sanctionne les lanceurs d’alerte qui font leur travail de manière intègre, et qui dans le même temps protège les auteurs de violences. Il est temps de  restaurer la confiance des policiers dans leur hiérarchie et de la population dans la police et de son efficacité.« , conclut Sophie Rohonyi.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“De nombreux établissements ne possèdent pas de terrasses et si c’est le cas, les recettes potentielles ne seront pas suffisantes”
Région bruxelloise “De nombreux établissements ne possèdent pas de terrasses et si c’est le cas, les recettes potentielles ne seront pas suffisantes”
“Sauf cas extrême, l’intérêt de l’enfant est de vivre avec ses parents”
Fédération Wallonie-Bruxelles “Sauf cas extrême, l’intérêt de l’enfant est de vivre avec ses parents”
Former les puéricultrices à la détection des violences sexuelles chez les enfants
Fédération Wallonie-Bruxelles Former les puéricultrices à la détection des violences sexuelles chez les enfants
“Il est urgent de dépénaliser totalement l’avortement en Belgique”
IVG “Il est urgent de dépénaliser totalement l’avortement en Belgique”