ACTUALITÉS

Publifin
La démission de Stéphane Moreau et des administrateurs s’impose !
Le mercredi 18 janvier 2017

Pour le président de DéFI, Olivier Maingain, et le vice-président exécutif, Jonathan Martin, le scandale de Publifin doit être sanctionné par la démission et, si nécessaire, par la révocation de Stéphane Moreau et des administrateurs qui ont bénéficié de rémunérations  d’un montant extravagant et injustifié, qu’ils aient ou non assisté aux séances des instances mises en cause. Ce qui n’est plus acceptable, c’est que ceux qui se sont servis  ou qui ont permis la mise en place du système continuent à siéger dans les organes de Publifin.  Au besoin, une législation doit être adoptée  en urgence par le Parlement wallon pour permettre la révocation des administrateurs.

 

Ils dénoncent l’hypocrisie des responsables des partis concernés qui feignent de découvrir le scandale. Vu la qualité des mandataires siégeant dans les instances de Publifin, les partis concernés, PS, cdH et MR, n’ignoraient évidemment  rien de cette pratique révoltante.  A tout le moins, leurs dirigeants auraient pu s’interroger sur la manière dont Publifin est gérée et rémunère ses administrateurs. Il serait d’ailleurs intéressant de vérifier dans la comptabilité desdits partis ( en ce compris de leurs instances locales)  s’ils n’ont pas bénéficié de paiement de quote-part sur les rémunérations dûes.

 

Enfin, le président de DéFI rappelle sa proposition de supprimer toute forme de rémunération des mandats qui ne sont  pas exercés  par la volonté du suffrage universel. Plus aucune rémunération, d’avantages de quelque nature dans les intercommunales, les asbl ou autres organismes créés par les communes ou provinces. Cette proposition aura pour effet rapide d’assainir le paysage institutionnel et entraînera la suppression de nombre d’instances qui n’ont été créés qu’à la seule fin de donner des revenus plus ou moins occultes aux mandataires. Il demande aussi que toutes les rémunérations des mandataires soient fixées par la loi et uniquement par la loi, ce qui garantira la transparence et le contrôle démocratique.
Il a chargé Emmanuel De Bock, chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois, de déposer des propositions d’ordonnance reprenant les recommandations ainsi rappelées.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI demande au gouvernement de rejoindre l’accord de Malte répartissant les migrants sauvés en Méditerranée
migration DéFI demande au gouvernement de rejoindre l'accord de Malte répartissant les migrants sauvés en Méditerranée
DéFI et 7 autres partis déposent leurs amendements en faveur de la dépénalisation complète de l’avortement
historique DéFI et 7 autres partis déposent leurs amendements en faveur de la dépénalisation complète de l'avortement
DéFI salue le dépôt au Bundestag d’un texte demandant la suppression des pensions allemandes octroyées aux collaborateurs du régime nazi
Seconde Guerre mondiale DéFI salue le dépôt au Bundestag d’un texte demandant la suppression des pensions allemandes octroyées aux collaborateurs du régime nazi
« Nous ne voulons pas d’un gouvernement qui déséquilibre le pays comme nous l’avons vécu les 5 dernières années »
Fédéral "Nous ne voulons pas d'un gouvernement qui déséquilibre le pays comme nous l'avons vécu les 5 dernières années"