ACTUALITÉS

Psychomotricité
Mais qu’attend le ministre Marcourt pour défendre les spécificités francophones ?
Le jeudi 13 octobre 2016

Pour DéFI, il faut que la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) use de toutes les voies de droit pour obtenir la reconnaissance de la profession de psychomotricien. C’est pourquoi, les parlementaires DéFI au parlement de la FWB demandent l’examen d’urgence de leur proposition de résolution déposée en juin dernier.

 

Suite à l’avis négatif rendu par le Conseil National des Professions Paramédicales le 2 juin 2016, DéFI constate que les interventions des psychomotriciens devraient être considérées comme relevant de l’exercice illégal d’une profession paramédicale ! Les psychomotriciens ne peuvent donc effectuer que des actes ne relevant d’aucune autre profession de soins de santé réglementée. Interrogé le 28 septembre dernier par Caroline Persoons, cheffe de file DéFI au parlement de la FWB, le ministre Marcourt a confirmé avoir confié à la Chambre des Hautes Ecoles et de l’Enseignement supérieur de promotion sociale, la modification des cursus et stages et la création de nouvelles passerelles et réorientations.

 

“Comme sur d’autres dossiers liés à la santé où les positions francophones sont piétinées, la réponse actuelle du gouvernement de la FWB n’est ni satisfaisante, ni suffisante. En atteste l’assignation en justice par les étudiants en psychomotricité et l’union professionnelle des psychomotriciens. En effet, il est impératif qu’une définition claire de la psychomotricité soit établie au niveau du Service Public Fédéral Santé Publique.», précise Caroline Persoons.

 

DéFI souhaite une présence officielle du psychomotricien dans les instances du Conseil national des professions paramédicales. Cela lui permettrait d’être associé aux réflexions aux côtés des autres professionnels de la santé. Il est aussi urgent de clarifier le statut juridique du psychomotricien. Il faut combler le flou juridique qui règne sur son embauche dans les différents milieux professionnels où il est appelé à intervenir : les crèches, les écoles, les centres d’hébergement, les maisons de repos, les centres médicaux, etc.

 

Lorsqu’on examine la situation du psychomotricien en Europe, on ne peut que constater que la Belgique a pris du retard. Dans de nombreux pays (France, Autriche, Allemagne, Danemark, Espagne…), la psychomotricité est une discipline reconnue. Par défaut de reconnaissance dans notre pays, les titulaires d’un bachelier (180 crédits) en psychomotricité ne peuvent même pas aller professer dans ces pays !”, déplore la cheffe de file DéFI.

 

Ainsi, convaincus que la profession de psychomotricien rencontre un besoin sociétal, les députés DéFI au parlement de la FWB demandent que leur proposition de résolution déposée le 29 juin 2016 soit examinée en urgence !  

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI réclame de la transparence dans l’établissement des critères établissant les couleurs ainsi que la publication des données sur lesquelles se reposent les experts
CELEVAL / Coronavirus DéFI réclame de la transparence dans l’établissement des critères établissant les couleurs ainsi que la publication des données sur lesquelles se reposent les experts
« Il est temps de demander  l’élargissement de la Région bruxelloise »
négociations fédérales "Il est temps de demander l'élargissement de la Région bruxelloise"
Un groupe de travail sur la biodiversité grâce à DéFI
Pepinster Un groupe de travail sur la biodiversité grâce à DéFI
Article 27 emménage à la Maison Howet de Libramont-Chevigny
Province du Luxembourg Article 27 emménage à la Maison Howet de Libramont-Chevigny