ACTUALITÉS

Environnement
Préservons la biodiversité et luttons contre la disparition des abeilles
Le jeudi 20 mai 2021

A l’occasion de la journée des abeilles, ce 20 mai, et de la journée de la biodiversité, ce 22 mai, DéFI souhaite rappeler l’importance de préserver les zones vertes et fleuries en Région bruxelloise et wallonne.

Limiter l’usage des néonicotinoïdes

En novembre 2020, François De Smet, député fédéral, intervenait à La Chambre sur l’usage des néonicotinoïdes, ces insecticides puissants utilisés de façon préventive par enrobage de semences. En 2018, l’Union européenne a interdit trois de ces types d’insecticides en culture de plein champ. L’imidaclopride, la clothianidine et le thiamethoxam fabriqués par les géants Bayer et Syngenta. La Belgique a dérogé à cette interdiction en 2019 et 2020 afin de lutter contre les pucerons qui transmettent la jaunisse de la betterave. François De Smet ajoute : “Il existe un consensus pour dire que ce produit a des effets nocifs importants sur la nature, la biodiversité, le problème des abeilles n’étant qu’un exemple parmi d’autres.” Une étude de l’UCL a mis en lumière la nocivité de ces produits car ils ont une rémanence très importante qui fait que les résidus se retrouvent encore dans les cultures qui suivent celles des betteraves traitées. Pour DéFI, il faut donc de meilleures méthodes alternatives aux néonicotinoïdes pour protéger les agriculteurs et les riverains.

Protégeons les abeilles en Région bruxelloise

Pour DéFI, il est également important de préserver la biodiversité à Bruxelles et c’est lors d’une commission environnement, en octobre 2020, que Jonathan de Patoul interpellait Alain Maron, ministre de l’environnement. DéFI s’opposait, en effet, à la décision du ministre de supprimer les ruchers des zones Natura 2000. 

Notre député proposait d’ailleurs déjà, en décembre 2019, de préserver les abeilles en améliorant la qualité de l’air et ce en végétalisant les abribus bruxellois.Pour finir, en mars 2021, Jonathan de Patoul, interpellait le gouvernement bruxellois sur le déclin inquiétant des insectes en Région bruxelloise. Il est temps de protéger les insectes et de sensibiliser la population. En effet, 80% des insectes ont disparu en 30 ans. Ce déclin des insectes a déjà un impact direct sur les oiseaux, on remarque d’ores et déjà une diminution de 50% des populations de petits volatiles en Wallonie. Les conséquences de ce déclin comportent des menaces non négligeables pour l’humanité aussi : perte des pollinisateurs naturels pour l’agriculture (abeilles et papillons), perte du recyclage de matière organique , fragilisation de la chaîne alimentaire, etc. La cascade des effets nous expose à un bouleversement de l’écosystème dont il est difficile de prédire l’ampleur de la gravité.

Améliorer la biodiversité à Pepinster

Lorsqu’on aborde la disparition de 50% des petits volatiles en Wallonie, DéFI souhaite saluer le travail de son conseiller communal, Jean-Marie Fafchamps, à Pepinster. En juillet 2020, notre conseiller communal proposait à la majorité l’instauration d’un groupe de travail sur la biodiversité dans sa commune. Cette proposition faisait suite à l’interpellation de Jean-Marie Fafchamps concernant les travaux réalisés par Infrabel le long des voies de chemin de fer ayant eu un impact négatif sur la nidification des oiseaux à cet endroit. En avril de cette année, notre conseiller communal a d’ailleurs obtenu gain de cause concernant le degré d’urgence de ces travaux et la dégradation de la biodiversité dans la commune.

Woluwe-Saint-Lambert favorise la biodiversité de son entité

Grâce à une mini-forêt urbaine de quinze à trente arbres et arbustes sur la base de la méthode “Miyawaki”, Woluwe-Saint-Lambert souhaite mettre en avant un projet participatif favorisant la biodiversité mais qui proposera aussi que les citoyens et enfants des écoles avoisinantes soient sensibilisés à l’environnement urbain et aux enjeux climatiques auxquels faire face au niveau local. 

Mais ce n’est pas tout, la commune s’implique également dans la préservation de la Ferme aux Oies, des pressions urbanistiques et immobilières qu’elle subit. Ce paysage remarquable constitue un habitat particulièrement précieux pour la biodiversité. Ce site privé, visible depuis l’avenue de la Croix du Sud, forme un coteau descendant en pente douce jusqu’à un îlot de verdure. Cet espace vert est situé en grande partie en intérieur d’îlot. La réalisation de tout projet urbanistique sur ce site viendrait détruire l’intérêt paysager, environnemental et patrimonial de ce site.

Dans la même rubrique
“Le choix énergétique nécessite de sortir des postures et des dogmes »
Université d'été - Politique énergétique : l'heure du choix ? “Le choix énergétique nécessite de sortir des postures et des dogmes"
DéFI Wallonie en ordre de marche pour l’année 2021-2022
Rentrée politique DéFI Wallonie en ordre de marche pour l’année 2021-2022
Deux nouveaux visages au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
rentrée parlementaire Deux nouveaux visages au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
DéFI sur les lieux des terribles inondations du 14 juillet 2021 à Pepinster
Wallonie DéFI sur les lieux des terribles inondations du 14 juillet 2021 à Pepinster
La Wallonie doit se donner les moyens de ses ambitions
Bien-être animal La Wallonie doit se donner les moyens de ses ambitions
La stérilisation des chats errants, une priorité pour nos échevins du bien-être animal en Wallonie et en Région bruxelloise
Journée du chat La stérilisation des chats errants, une priorité pour nos échevins du bien-être animal en Wallonie et en Région bruxelloise