ACTUALITÉS

Propreté
Emmanuel De Bock demande des sacs verts biodégradables de meilleure qualité
Le mercredi 27 juin 2018

Le chef de groupe DéFI, Emmanuel De Bock, demande d’augmenter la qualité et la production des sacs verts et propose de lancer un projet-pilote de bulles à déchets verts enterrées permettant aux habitants de ne plus devoir acheter des sacs verts tout en diminuant les frais de ramassage pour Bruxelles-Propreté.

 

Ce mardi 26 juin 2018 en commission Environnement du parlement bruxellois, le chef de groupe DéFI, Emmanuel De Bock, a interrogé la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de la propreté, Fadila Lanaan, au sujet de la rupture d’approvisionnement des sacs verts biodégradables.

 

Tout d’abord, Emmanuel De Bock a rappelé avoir déposé sous l’ancienne législature une proposition d’ordonnance relative à l’introduction du sac vert biodégradable, proposition qui avait été rejetée par l’ancienne majorité (PS-ECOLO-CDH). Aujourd’hui, le chef de groupe DéFI se réjouit de la décision de Bruxelles-Environnement visant à mettre en place de tels sacs verts. Cependant, les problèmes d’approvisionnement de ces nouveaux sacs verts viennent noircir le tableau de leur lancement. En effet, la rupture de stock des sacs verts a même conduit les citoyens à effectuer de nombreux déplacements sans succès entre plusieurs supermarchés, les déchetteries régionales et les services verts de leurs communes venus en support. Eux-mêmes ont très vite été dépassés et à leur tour, en rupture de stock.

 

La secrétaire d’Etat en charge de la propreté a indiqué que le retard dans le lancement de la centrale d’achat de l’Agence Bruxelles-Propreté était à l’origine de la rupture de stock des nouveaux sacs verts biodégradables. Par conséquent, pour pallier ce retard, l’Agence a modifié le cahier des charges, pour permettre aux trois producteurs agréés actuellement de produire des sacs verts biodégradables. Par ailleurs, en réponse à la question du député DéFI, la secrétaire d’Etat a indiqué que les besoins annuels sont de 100.000 à 150.000 sacs par an, soit en moyenne plus de 25.000 sacs/mois. Or, à ce jour seulement 33.000 rouleaux de sacs verts biodégradables ont été produits. Pour Emmanuel De Bock, il s’agit clairement d’un manque d’anticipation de l’Agence Bruxelles-Propreté. Le député DéFI demande donc que les producteurs agrées augmentent les cadences de production. Concernant la qualité des sacs verts biodégradables, la secrétaire d’Etat a demandé à l’Agence de tester ses stocks par une entreprise externe pour s’assurer de la qualité de ceux-ci, tout en rappelant que les sacs de 35 microns avaient été retenus après un test auprès d’une centaine d’usagers.

 

Emmanuel De Bock a profité de son interpellation pour lancer l’idée d’organiser, dans les quartiers les plus concernés par les déchets verts, un projet de collecte décentralisée par quartier. Cela par exemple sous forme de bulle à compost enterrée, afin d’éviter l’achat de sacs payants et l’attente d’une collecte hebdomadaire tout en diminuant les frais de ramassage effectués aujourd’hui le plus souvent le dimanche. Les citoyens ne payeraient plus de sacs à ramasser mais pourraient même être encouragés, via un système de consigne, à déposer leurs déchets verts et recevoir par exemple en échange des kilos de terreau bio produits avec ces déchets.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"
Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier
Présidence de DéFI Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier