Santé
Prévention accrue en milieu scolaire et vaccination contre le papillomavirus
Le lundi 30 avril 2018

L’infection à papillomavirus humain est plus que jamais un sujet d’actualité au regard des chiffres récemment mis en exergue par des spécialistes du monde médical belge.

Extrêmement contagieux, 80% des hommes et des femmes sexuellement actifs ont été touchés par ce virus au moins une fois dans leur vie. 99% des cancers du col de l’utérus sont provoqués par l’une des formes du HPV. Chaque année, on enregistre plus de 600 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus en Belgique, dont 270 décès.

Les solutions préventives existent et ont été mises en place, et pourtant les résultats sont interpellants. Dix ans après son lancement, le taux de vaccination contre le papillomavirus, ciblant les jeunes filles de 13-14 ans, ne dépasse pas les 25-30% (contre 80% en Flandre). En outre, la moitié des femmes ne passent pas les examens de dépistage du cancer du col de l’utérus, à réaliser tous les trois ans dès l’âge de 25 ans.

Le monde médical belge s’insurge contre les campagnes médiatiques stigmatisant la vaccination, et il rappelle que si 80% de la population était couverte, la vaccination serait optimale. De même, si toutes les femmes dès 25 ans réalisaient le dépistage, 93% des cancers du col de l’utérus pourraient être évités.

A l’aune de ces informations, il est clair que l’école doit occuper une plus grande place dans la prévention et l’information. Le cancer du col de l’utérus pourrait disparaitre d’ici dix à vingt ans dans certains pays européens, grâce à une campagne de vaccination systématique à l’école et un taux élevé de dépistage. Il est, d’un point de vue éthique, inacceptable de ne pas réagir.

 

Voici mes questions :

– En collaboration avec les services de promotion de la santé, ne pourrait-on pas envisager une campagne de promotion massive en milieu scolaire, visant tant les élèves que leurs parents ?

– Ne serait-il pas opportun de poursuivre le travail de sensibilisation et de prévention jusqu’en fin de parcours scolaire ? Cela permettrait de viser les adolescents de 17-18 ans, sur la prévention aux MST, mais aussi sur l’importance du dépistage dès 25 ans.

– Le papillomavirus ne touche pas seulement les femmes. Le Conseil Supérieur de la Santé recommande d’étendre la vaccination aux garçons de 10-14 ans. Quelle est votre position à ce sujet ?

– La méthode actuelle de proposition de vaccination est assez limitée en Belgique francophone, puisqu’un formulaire doit être rempli par les parents pour activer la démarche. Ne pourrait-on pas s’inspirer de la méthode utilisée en Flandre ?

Découvrez :

Le compte rendu des débats

 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
FWB : DéFI répond favorablement à l’invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
FWB DéFI répond favorablement à l'invitation à négocier sur la base des “Lignes directrices” du PS et d’Ecolo
De bourgmestre à député : comment garder le lien avec les citoyens ?
Région bruxelloise De bourgmestre à député : Comment garder le lien avec les citoyens ?
Enseignement : DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
Enseignement DéFI plaide pour ajouter la maîtrise de la langue française au coeur des missions prioritaires de l’enseignement !
DéFI en faveur de l’élargissement du cours d’éducation à la citoyenneté à 2h par semaine
élections 2019 DéFI en faveur de l'élargissement du cours d'éducation à la citoyenneté à 2h par semaine