ACTUALITÉS

interview
Pour Emmanuel De Bock, “la Flandre dessine les prémices d'un Etat confédéral”
Le mercredi 2 octobre 2019

Chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois, Emmanuel De Bock était l’invité de BX1 ce mercredi 2 octobre. Selon Emmanuel De Bock, les relations entre Bruxelles et la Flandre risquent de devenir très compliquées après le repli identitaire marqué par l’accord de gouvernement flamand. “C’est très difficile quand on n’a pas les mêmes préoccupations. En Flandre, l’urgence climatique est au point mort. Ce n’est pas en élargissant le ring qu’on va arriver à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous devons trouver des solutions communes. La Flandre sacrifie l’urgence climatique pour des principes économiques purs et durs. La main tendue, on l’a toujours pratiquée. On doit se parler. On a énormément de Flamands qui viennent travailler à Bruxelles et on a des francophones qui vont travailler en Flandre. On doit travailler ensemble. J’accueille bien volontiers les Flamands à Bruxelles mais on voit un Etat replié sur lui-même. Le ministère flamand de la Justice est la volonté de créer les prémices d’un Etat confédéral. Cela me fait peur d’avoir un ministre de la Répression. On a une manière de voir les choses de plus en plus sévère et qui fait appel à une dialectique du passé. On ne veut pas faire une société du vivre ensemble.” 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI appelle à un « plan Marshall » pour l’enfance précarisée
lutte contre la pauvreté DéFI appelle à un "plan Marshall" pour l'enfance précarisée
L’app « Fluicity » pour être davantage à l’écoute des citoyens
Ganshoren L'app "Fluicity" pour être davantage à l'écoute des citoyens
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"