ACTUALITÉS

Hainaut
Pour DéFI, la justice n'est pas un luxe mais un bien de première nécessite !
Le vendredi 24 mai 2019

Alexandra Dupire, 1ère à la Chambre (Hainaut), était l’invitée du débat des têtes de listes de Bel RTL.

Concernant le pouvoir d’achat des citoyens, la candidate hennuyère constate : « on se rend compte que la population est de plus en plus asphyxiée et qu’il faut lui redonner de l’oxygène. Chez DéFI, nous nous disons que l’augmentation des salaires, c’est bien mais si c’est pour que les citoyens se fassent sabrer à la sortie par les impôts, ça n’a pas vraiment de sens. Nous souhaitons donc une nouvelle fiscalité plus juste pour tout le monde, plus équilibrée et plus transparente. Les gens doivent savoir réellement comment ils seront taxés. Il nous semble incontournable d’exonérer de tout impôt les premiers 13.670 € de revenus par an, un montant qui correspond au seuil de pauvreté. Actuellement, les citoyens sont exonérer d’impôts jusqu’à 8.120 €, c’est-à-dire en dessous de ce seuil de pauvreté, c’est complètement injuste. Nous souhaitons également revoir la progressivité de l’impôt en ajoutant des tranches d’imposition entre celles qui existent déjà (de 5 à 7 tranches) pour que tout le monde puisse contribuer plus justement. Pour finir, DéFI prône l’individualisation des droits que ce soit au niveau du chômage ou des allocations sociales. »

Enchainant sur le thème des pensions, Alexandra Dupire souhaite clarifier les choses : « les gens ont peur et ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Chez DéFI, nous pensons que les droits qui ont été acquis doivent être gardés. Nous pensons également que le montant de la retraite pour une carrière complète, sous quel que régime que ce soit, doit être progressivement porté à 1.400 € par mois. Au niveau de l’âge de la pension, le gouvernement sortant à travailler à l’envers. Ils ont augmenté l’âge de la pension et puis ils se sont dit « tiens et la pénibilité du travail, qu’est-ce qu’on en fait ? ». Chez DéFI, nous proposons un moratoire sur l’âge de la pension en travaillant dans un dialogue social avec des acteurs de terrain pour établir une liste des métiers pénibles« .

Alexandra Dupire, avocate de formation, se dit scandalisée par l’état des magistrats : »la justice est dans un état de délabrement et tout le monde aura compris qu’elle a été malmenée par les gouvernements précédents. Je rencontre souvent des magistrats, ils sont sur les genoux. Ils sont épuisés non seulement par leurs conditions de travail mais aussi par le fait qu’ils ne sont pas suffisamment nombreux.  Il faut évidemment refinancer la justice parce qu’un citoyen qui n’a pas confiance dans le pouvoir judiciaire, c’est un citoyen qui n’a plus confiance dans l’État dans lequel il évolue et c’est inquiétant. C’est inquiétant aussi d’entendre que certains citoyens ne savent pas financer les services d’un avocat. La justice, ce n’est pas un luxe ! La justice, c’est un bien de première nécessité dans certains cas. DéFI plaide donc pour une réduction à 6% des frais de TVA sur les honoraires d’avocats« 

Arrivant au sujet de l’environnement, Alexandra Dupire se dit indignée face à la situation actuelle : « depuis 1960, on nous informe, grâce à des experts, de la situation catastrophique vers laquelle nous nous orientons. Je vois, malgré tout, des partis traditionnels qui n’ont que très peu agit durant toutes ses années. Je suis indignée de la situation à laquelle nous devons faire face, nous, jeunes générations. Il faut réagir d’urgence à cette situation et avoir un comportement responsable, également au niveau européen. La Belgique doit avoir cette prétention forte de taper son poing sur la table et de dire qu’il faut bouger ! Au niveau national, il faudra avoir le courage de faire passer la loi climat pendant la prochaine législature. C’est une loi ambitieuse qui pourrait également mener, le cas échéants, à une révision de la Constitution pour marquer les objectifs forts qu’il faudra atteindre dans un délais très réduit.

Concrètement, DéFI propose un investissement dans le bâti au niveau de l’isolation en ce compris dans les bâtiments publics mai aussi un investissement dans les transports publics notamment en milieu rural d’où je viens et où nous sommes très peu desservi. N’oublions pas non plus notre proposition de marché commun des énergies renouvelables où nous avons tout à gagner !« 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Olivier Maingain propose de désigner une personnalité de la société civile comme commissaire européen
interview Olivier Maingain propose de désigner une personnalité de la société civile comme commissaire européen
DéFI souhaite le retour des kiosques urbains à Liège
région wallonne DéFI souhaite le retour des kiosques urbains à Liège
Schaerbeek va installer son Conseil du bien-être animal
région bruxelloise Schaerbeek va installer son Conseil du bien-être animal
Journée mondiale de l’aide humanitaire : lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies
Journée mondiale de l'aide humanitaire Lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies