ACTUALITÉS

Vendredi, c'est Wallonie
“Pour DéFI, c’est en allant sur le terrain qu’on peut vraiment comprendre les besoins des gens”
Le vendredi 16 octobre 2020

Après une longue pause due à la crise sanitaire du coronavirus, François De Smet a repris le chemin de la Wallonie pour aller à la rencontre des acteurs de terrain de Nivelles en Brabant wallon. Accompagné par Pascal Goergen, Président de DéFI Wallonie, Véronique Vandegoor, Présidente provinciale DéFI du Brabant wallon, Cédric Noël, Président de DéFI Nivelles, Nicole Dehopre présidente des Aînés de DéFI Nivelles et Quentin Petit membre du comité de DéFI Nivelles, notre Président a eu l’opportunité d’en apprendre plus sur l’insertion des personnes handicapées, l’accueil des personnes dans le besoin et la distribution de colis alimentaire.
Pour la Présidente provinciale DéFI du Brabant wallon, la journée était agréable mais surtout instructive : « Je suis heureuse d’avoir pu accompagner notre nouveau président sur le terrain. Le but était de rencontrer les citoyens parce que DéFI est un parti de citoyens qui s’engage pour les citoyens. Nous pensons que c’est en allant sur le terrain qu’on peut vraiment se rendre compte des besoins des gens. »

L’insertion socioprofessionnelle pour lutter contre les discriminations

Le Petit Chemin, restaurant créé en 1982, a pour objectif premier l’épanouissement des usagers, le développement de leurs habiletés sociales et professionnelles et la valorisation sociale de leurs compétences. En 1992, le Petit Chemin, le Lion’s Club et le CPAS de Nivelles s’associent. Leur projet : une action alliant l’insertion sociale des personnes handicapées et l’aide aux plus démunis. Pour Gauthier Janssen, directeur de l’établissement, Le Petit Chemin s’inscrit dans la logique européenne de lutte pour l’égalité des chances et contre les discriminations à l’égard des personnes handicapées. « Notre préoccupation est centrée sur les possibilités de sortie positive des stagiaires accueillis en insertion socioprofessionnelle. L’orientation vers l’emploi est envisageable pour les stagiaires dont les aptitudes le permettent au terme de leur accompagnement individuel. Mais nous estimons primordial que les autres puissent aussi sauvegarder leurs acquis et valoriser leurs compétences au sein de la société dans le cadre d’activités appropriées. Cette perspective d’innover en matière d’orientation a rencontré les attentes des pouvoirs publics wallons dans le cadre d’un appel à projet d’initiative spécifique. Début 2015, avec le soutien de l’AWIPH, nous avons pu mettre en place un centre de coordination d’ « Activités citoyennes » qui propose un accueil et un accompagnement personnalisé qui se matérialise sous la forme de convention de volontariat. C’est un projet qui concerne les personnes qui sont atteintes d’un handicap mental léger à modéré âgées prioritairement de 18 à 25 ans, dont le handicap ne permet pas la mise à l’emploi, mais bien la production de bien et la prestation de services pour les besoins des organismes publics et privés du secteur non marchand et souhaitant s’engager ou étant déjà engagé dans une démarche d’insertion sociale. »

“Notre objectif est d’amener chaque personne hébergée à réaliser son projet”

Créé en 1974, Les Quatre Vents a pour but la lutte contre l’exclusion sociale et culturelle. Maison d’Accueil avec une option prioritaire à l’accueil des familles en difficulté, l’asbl souffre d’un manque de financement explique Aurélie Lacaille. « Nos bâtiments commencent à avoir bien vécu. Les infrastructures ne sont plus idéales pour répondre à nos missions qui sont d’assurer aux personnes en difficultés sociales un accueil et un hébergement ainsi qu’un accompagnement adapté afin de les soutenir dans l’acquisition ou la récupération de leur autonomie. Nous accueillons les personnes dans le besoin pendant 9 mois et nous adoptons une approche compréhensive, une écoute adaptée, un dialogue pour amener ces personnes vers un processus de réinsertion sociale, en leur permettant de reprendre confiance en elles et en leurs potentialités. En conclusion, notre objectif principal est d’amener chaque personne hébergée à réaliser son projet dans l’optique d’une augmentation de son autonomie. »

La crise covid-19 a laissé des traces

L’ASBL Soli-Dons a été créée en 2018 avec le double objectif de lutter contre le gaspillage alimentaire et la précarité. Pour Aurélie Lacaille, le concept est gagnant-gagnant : « Nous enlevons quotidiennement les invendus dans différentes grande surface qui ne peuvent plus les détruire. Nous trions ensuite la marchandise et nous confectionnons des colis qui seront ensuite distribué à nos bénéficiaires. »
Depuis le confinement, Soli-Dons voit augmenter le nombre de bénéficiaires régulièrement : « La crise a laissé des traces. Juste avant le confinement, les magasins d’alimentation ont été pris d’assaut comme on a pu le voir dans de nombreux journaux télés. Les gens ont fait des stocks et les grandes surfaces n’avaient donc plus d’invendus. Nous avons eu du mal à remplir les colis alimentaires de nos bénéficiaires à ce moment-là. Ensuite, c’est le nombre de bénéficiaire qui a commencé à augmenter mais pas le nombre d’invendus. Nous avons lancé quelques actions comme “Balance tes courges”, une opération qui avait pour but de demander aux riverains d’amener leurs légumes de saison chez Soli-Dons pour qu’ils puissent être distribué aux personnes dans le besoin. Sur toute l’année 2019, nous avons distribué plus de 3.700 colis en venant en aide à plus de 1.200 familles. A la fin septembre de cette année, nous étions déjà à plus de 3.100 colis destinés à près de 900 familles. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
87 millions d’euros supplémentaires pour l’emploi et la formation
Pour 2021, DéFI a obtenu pour Bruxelles... 87 millions d'euros supplémentaires pour l'emploi et la formation
Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
développement durable Woluwe-Saint-Lambert obtient le titre de « Commune du commerce équitable »
“Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Covid-19 “Il faut offrir à la population des perspectives, tout en évitant une troisième vague”
Le budget bruxellois en hausse de 33%
Bien-être animal Le budget bruxellois en hausse de 33%