ACTUALITÉS

Périphérie
Les électeurs de Linkebeek subissent les conséquences de la faiblesse des partis francophones qui ont accepté la sixième réforme de l’Etat !
Le mercredi 29 mars 2017

Ce mercredi 29 mars, la ministre de l’Intérieur flamande Liesbeth Homans a mis ses menaces à exécution en refusant de nommer Yves Ghequiere comme bourgmestre de Linkebeek.

 

Le 2 février dernier, la ministre annonçait en effet déjà que, selon elle, l’arrêt du Conseil d’Etat du 20 juin 2014 consacrant le droit des habitants des communes à facilités d’obtenir à leur demande tous leurs documents en français ne concernait en fait pas les convocations électorales.

 

Pour DéFI, le parti nationaliste ne fait que chercher de nouvelles excuses pour refuser aux Francophones démocratiquement élus dans ces communes d’exercer un mandat politique, peu importe si elles sont juridiquement erronées et anti-démocratiques.

Comme l’explique Sophie Rohonyi, présidente de DéFI Périphérie, “maintenant que la circulaire Peeters a été annulée, la ministre Homans a compris que la seule ligne de justification qui lui restait pour empêcher de nommer un Francophone comme bourgmestre dans une commune francophone à 80%, est de dire que cette annulation ne vaudrait pas pour les convocations électorales. On voit donc bien que, si l’on en doutait encore, l’objectif du gouvernement flamand est ni plus ni moins la fin du régime des facilités en périphérie, quitte à piétiner les décisions de justice, ce dont la N-VA a finalement pris la très mauvaise et honteuse habitude.”

Cette situation est en outre la conséquence de la faiblesse des partis francophones qui ont accepté la scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde sans en exiger la juste contrepartie, l’élargissement de la Région bruxelloise aux communes à facilités, cette solution étant la seule à même de permettre le respect de leurs droits conformément aux décisions de justice et aux conventions internationales.

DéFI restera toujours solidaire des mandataires francophones de la périphérie qui refusent de se soumettre aux circulaires illégales du gouvernement flamand et défendent les droits de leurs habitants.

DéFI continuera enfin à saisir les instances et juridictions  européennes et internationales pour faire condamner le gouvernement flamand qui ne respecte pas les droits fondamentaux et méprise la volonté très nettement majoritaire des électeurs de Linkebeek ou d’autres communes facilités.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Emploi à l’aéroport national : DéFI réclame la transparence !
Emploi à l’aéroport national DéFI réclame la transparence !
Communes à facilités : DéFI salue l’arrêt relatif aux subsides que la Région flamande devra leur verser
Communes à facilités DéFI salue l'arrêt relatif aux subsides que la Région flamande devra leur verser
Belgian Pride : DéFI Jeunes avance 5 mesures concrètes pour l’inclusion des réfugiés LGBT+
Belgian Pride DéFI Jeunes avance 5 mesures concrètes pour l'inclusion des réfugiés LGBT+
Emploi : 1,5 million d’euros pour lutter contre la discrimination à l’embauche en Région bruxelloise
Emploi 1,5 million d'euros pour lutter contre la discrimination à l’embauche en Région bruxelloise