Education
Pénurie de place dans l’enseignement qualifiant à Bruxelles-Capitale
Le mardi 9 octobre 2018

Une récente étude, menée conjointement par le Brussels Studies Institute (BSI) et l’Institut bruxellois de statistique et d’analyse (IBSA), a mis en exergue l’accroissement constant que devrait connaitre la population scolaire, en Région bruxelloise, jusqu’en 2024-2025.

Les estimations prévoient 19.500 élèves supplémentaires dans l’enseignement secondaire. Plus concrètement, selon la même étude, d’ici 2025 l’enseignement francophone devrait connaitre une augmentation de 21% pour le 1er degré secondaire, de 16% pour les degrés 2 et 3 du Général, et de 19% pour le qualifiant.

Mais cet accroissement ne devrait pas s’opérer de façon homogène. Le Nord (Evere, Schaerbeek, Laeken) et l’Ouest (Anderlecht, Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe) de Bruxelles seraient davantage touchés. Il s’agit par conséquent de quartiers, et donc d’une population, davantage concernés par la filière du qualifiant.

Or à ce jour, nous constatons une absence de planification d’envergure pour pallier la pénurie de place dans cette filière spécifique de l’enseignement secondaire.

En effet, les projets d’accroissement de la capacité scolaire, à l’horizon 2025, visent une augmentation de seulement 1617 places dans le technique et professionnel, alors que les prévisions estiment qu’il y aura 29.174 élèves supplémentaires en 2025. Nous serons ainsi face à un déficit de 3000 places à venir dans la qualifiant, autrement dit le déficit le plus important de l’enseignement secondaire francophone.

Il nous semble urgent d’inverser la vapeur en entament une véritable réflexion sur l’attractivité des établissements scolaires du qualifiant. Il faut plancher sur la remobilisation des places disponibles non-occupées par manque d’attractivité.

Des solutions existent. Saisissons l’opportunité de la nécessaire réponse à apporter au boom démographique pour revaloriser le qualifiant avec des projets forts, des projets d’excellence axés sur les métiers du XXIè siècle, tel que le prévoit pourtant l’axe n°3 du Pacte.

Nous pourrions aussi saisir cette opportunité que constitue la création de nouvelles infrastructures pour en dédicacer certaines à des 1er degrés autonomes. Les premiers degrés sont aujourd’hui « colorés » par les degrés supérieurs. Des premiers degrés autonomes permettraient, de distinguer un projet d’école technique et professionnelle en favorisant l’orientation positive, contrairement à la situation actuelle où le qualifiant est encore trop souvent la porte de sortie du constat d’échec.

Redynamiser le qualifiant demande aussi de supprimer les options désuètes par rapport aux possibilité d’insertion durable et de qualité sur le marché de l’emploi.

Inversement, il faudrait innover en ouvrant des écoles aux options nouvelles, telles que les options vertes (dans le construction durable par exemple) ou le coding. Je prends pour exemple la récente 1re rentrée de l’école 19 qui va former 157 étudiants à la programmation informatique, et dont 15% sont des étudiants peu diplômés, n’ayant pas obtenu leur CESS.

La demande existe mais l’offre est trop faible dans l’enseignement qualifiant.

Nous dénonçons ici une absence complète de prévision et de vision politique.

 

Voici mes questions :

– Quelles actions concrètes allez-vous mettre en place pour résoudre le déficit de 3000 places à venir dans l’enseignement qualifiant d’ici 2024-2025 ?

– Comment comptez-vous vous saisir de l’urgence et de l’opportunité pour redynamiser l’enseignement technique et professionnel à Bruxelles ? Développer une orientation positive, à partir de premiers degrés autonomes, vers des écoles qualifiantes aux projets attractifs, porteurs et innovants ?

– Concernant l’ouverture et la fermeture des options, estimez-vous que les mécanismes actuels soient performants ? Comment améliorer l’orientation des programmations d’options sur la base des travaux du comité de concertation de l’enseignement secondaire et de la Chambre Enseignement du bassin ? Dans le cadre des travaux du Pacte, et de l’observatoire du qualifiant que vous mettez sur pied, envisagez-vous de travailler en concertation avec les observatoires régionaux pour revaloriser et développer l’enseignement qualifiant, en partenariat avec la formation professionnelle et l’emploi, comme y invite la Stratégie 2025 portée par le Gouvernement bruxellois ?

Découvrez :

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Éducation : les constats et interrogations de DéFI sur le budget 2019
Éducation Les constats et interrogations de DéFI sur le budget 2019
Allocations d’études pour les étudiants dans le secondaire – interprétation de la loi
Enseignement supérieur Allocations d’études pour les étudiants dans le secondaire – interprétation de la loi
Démantèlement des infrastructures pour la radio en Ondes moyennes – RTBF
Enseignement supérieur Démantèlement des infrastructures pour la radio en Ondes moyennes – RTBF
Ouverture d’un incubateur de formations continuées à Liège
Enseignement supérieur Ouverture d’un incubateur de formations continuées à Liège