ACTUALITÉS

Fédéral
« La N-VA veut dépecer notre pays »
Le jeudi 20 février 2020

Olivier Maingain ancien président de DéFI et actuel bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, était l’ invité de Fabrice Grosfilley. Sur le plateau de Toujours+D’Actu et Bel RTL. Notre ancien président est revenu essentiellement sur crise au niveau fédéral.

 

http://https://www.youtube.com/watch?v=zy0nse0a9BU

Un fédéralisme d’objectifs

 Sur le plateau de Toujours + D’Actu et Bel RTL, Olivier Maingain a fait un tour de l’actualité notamment au niveau fédéral. L’ancien président de DéFI a donné son analyse en proposant des solutions. « On voit bien qu’on est dans une situation d’entre deux. En effet, on est dans une grave crise politique vu la durée d’absence d’un gouvernement. Néanmoins, il faut faire attention à ne pas céder à la tentation. Quand on voit la N-VA appeler à constituer un front flamand, il est clair que c’est pour précipiter le pays vers le confédéralisme ! C’est forcer tous les partis flamands à rentrer dans cette logique confédéraliste. Ainsi, on entre dans un nouveau schéma certainement préjudiciable nous poussant vers un vide institutionnel ! Ce que veut la N-VA, c’est dépecer notre pays ! Il est important de voir ce qui se passe du côté flamand. Voir jusqu’où, un certain nombre de partis du nord du pays sont dans la logique de la N-VA. Ce qu’il nous faut c’est un fédéralisme d’objectifs. On doit se mettre d’accord sur les grands objectifs qui donnent encore sens à l’État belge! »

Vers une nouvelle réforme ?

 Face la crise politique, Fabrice Grosfilley a suggéré qu’une réforme de l’État résoudrait éventuellement l’actuelle crise politique. Ainsi, notre pays passerait à sa septième réforme. Pour le bourgmestre de  Woluwe-Saint-Lambert, il est important avant tout de prendre conscience des erreurs du passé. En effet, une réforme n’est pas gage de solution. « Je pense qu’on n’échappera pas à une réflexion sur l’organisation de l’État.  Il s’agira d’un moment crucial ! Néanmoins, il ne faut pas précipiter les choses. Vous savez, des réformes de l’État j’en ai vécu ! Et la sixième fut certainement la plus dramatique et catastrophique! DéFI l’avait d’ailleurs dénoncée à l’époque. En effet, je constate qu’aujourd’hui beaucoup de conséquences de cette réforme sont préjudiciables. Par exemple, on a 8 ministres de la Santé ! De même que la sécurité sociale qui a été dépecée ! Or, ce sont les partis associés à cette réforme qui ont fait cela ! Ainsi, on n’échappera pas à un nouveau débat institutionnel, mais il faut le faire de manière posée, rationnelle avec un sens de l’ouverture. Les réformes précédentes ont trop souvent été improvisées, mal pensées et surtout mal financées. Qui plus est au désavantage des francophones sur le plan budgétaire. Donc temporisons et calmons le jeu ! Cela suppose que du côté flamand certains partis considèrent qu’il ne faut pas aller dans cette logique confédéraliste et l’assumer. Pour moi, le VLD est la clé pour débloquer cette situation. »  

 Un retour aux urnes?

 Suite aux échecs successifs dans la formation d’un gouvernement fédéral, le retour aux urnes a été évoqué à maintes reprises comme hypothèse pour sortir d’un débat sans fin. Pour Olivier Maingain, cela n’aboutira pas : « Pour être franc, le retour aux élections je n’y crois pas. Il faut savoir que la peur de l’inconnu constitue certainement le plus grand frein à certains choix politiques ! En effet, j’envisage mal  que les partis dans les 3 régions vont assumer un tel choix aujourd’hui. En revanche, je crois que nous connaîtrons inévitablement une phase avec un gouvernement intérimaire. Toutes les hypothèses peuvent être envisagées, pour autant qu’il y ait une bonne volonté parmi les partis démocratiques voulant que ce pays fonctionne ».

 La N-VA responsable

Par ailleurs, notre ancien président a tenu à rappeler que la N-VA est responsable de la chute du gouvernement. « Ce que beaucoup de gens ont ressenti avec la N-VA, c’est que ce parti a fait tomber le gouvernement. Et ce pour deux raisons, premièrement, pour  rompre le pacte des Belges en mettant en cause le fonctionnement de nos institutions. Ainsi, ils ont voulu montrer qu’il fallait aller vers un confédéralisme. Ensuite, pour mettre en cause la Belgique au niveau de son engagement européen. Notamment sur le pacte de la migration appelé Pacte de Marrakech.». De plus, Olivier Maingain a mis en garde de ne pas tomber dans le piège de Bart De Wever. Notre ancien président a affirmé que l’homme fort de la N-VA veut faire un front entre d’un côté, les néerlandophones, de l’autre les francophones.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Sécurité routière Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
« Nous ferons tout pour que la porte qui vient de s’entrouvrir pour un vrai statut de l’artiste ne se referme pas »
culture "Nous ferons tout pour que la porte qui vient de s'entrouvrir pour un vrai statut de l'artiste ne se referme pas"
« Les assises doivent évoluer mais il faut conserver le jury populaire »
justice "Les assises doivent évoluer mais il faut conserver le jury populaire"
« Un fonds pour accompagner spécifiquement les personnes qui ont perdu leur emploi pour cause de faillite »
plan de relance de la Région bruxelloise "Un fonds pour accompagner spécifiquement les personnes qui ont perdu leur emploi pour cause de faillite"