ACTUALITÉS

Région bruxelloise
"Nous voulons augmenter l'indemnité de formation pour inciter les citoyens à aller au bout de leur démarche"
Le lundi 9 septembre 2019

Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’emploi et de la formation, du bien-être animal, de la transition numérique et des pouvoirs locaux, était l’invité de BX1 pour l’Interview.

En matière d’emploi et de formation, la volonté de Bernard Clerfayt est de continuer sur la lancée de Didier Gosuin : « On est enfin arriver à inverser la courbe du chômage à Bruxelles en passant de 22% à 15%. Il faut continuer à aller dans la même direction car il est hors de question que nous gardions un taux de chômage aussi élevé.  Ces statistiques cachent surtout des situations personnelles : mon enfant a-t-il choisi les bonnes études ? Va-t-il décrocher un emploi ensuite ? Vais-je retrouver un travail après mon licenciement ? Comment trouver un emploi à plus de 50 ans ?… C’est ça l’enjeu. Le niveau de précarité plus grand à Bruxelles tient aussi au fait qu’il y a un taux de chômage trop élevée en Région bruxelloise.« 

Que peut-on faire concrètement pour aider les bruxellois ? « Des emplois qui se créent, il y en a tous le temps. La question est la capacité des bruxellois d’y accéder. La formation professionnelle, l’école, la formation supérieure,…  sont des fondamentaux. Le niveau de formation facilite la mise à l’emploi. Mais, ce que l’on a constaté, c’est qu’il y a beaucoup de demandeurs d’emploi (environ un quart) qui suivent des formations mais les abandonnent à cause de leur statut précaire. Par exemple, des familles monoparentales dont la situation sociale rend difficile le suivi de cette formation. Voilà pourquoi, il existe une indemnité de formation d’1€/h et nous avons l’intention de l’augmenter rapidement à 2€/h pour finir ensuite à 4€/h à terme. Une augmentation pour inciter les gens a aller à la fin de leur formation.« 

Bernard Clerfayt donne également son avis sur les sociétés Jump et Félix qui ont annoncé le retrait de leurs vélos et scooters de certaines communes à cause du vandalisme : « Ce n’était pas la solution. “Les sociétés auraient dû gérer de manière plus coordonnée avec la commune. Elles usent et abusent souvent de certains faits pour être plus rentables. C’est la même chose dans le statut des travailleurs. De plus en plus de jeunes travaillent pour elles et trouvent de quoi vivre mais on peut se poser la question de la flexibilité du travail. Parfois ils sont un peu sous-payés. Cette flexibilité est utile aux consommateurs mais on doit être certain que derrière il y ait des statuts sociaux corrects. On a un gisement d’emplois dans le service à Bruxelles. On peut avoir un service flexible sans flexibiliser à outrance les conditions de travail.”

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire »
Syrie "Ramener les enfants avec leur mère, la seule solution à la fois humanitaire et sécuritaire"
Pour la première fois, des écoliers de Feluy vont passer un brevet cycliste
Hainaut Pour la première fois, des écoliers de Feluy vont passer un brevet cycliste
Bernard Clerfayt renouvelle l’accord de collaboration entre Actiris et Delhaize
Région bruxelloise Bernard Clerfayt renouvelle l'accord de collaboration entre Actiris et Delhaize
Gisèle Mandaila : « Nous menons une opposition constructive pour le bien de tous les Etterbeekois et de toutes les Etterbeekoises »
Communales, 1 an après : Etterbeek Gisèle Mandaila : "Nous menons une opposition constructive pour le bien de tous les Etterbeekois et de toutes les Etterbeekoises"