ACTUALITÉS

Fédéral
"Nous ne voulons pas d'un gouvernement qui déséquilibre le pays comme nous l'avons vécu les 5 dernières années"
Le mardi 12 novembre 2019

Ce mardi 12 novembre, Olivier Maingain répondait aux questions de Fabrice Grosfilley sur Bel RTL après avoir participé à l’émission C’est pas tous les jours dimanche, ce 10 novembre. Au programme de ces deux interviews, l’actualité politique qui est sur toutes les lèvres, c’est-à-dire la formation du gouvernement fédéral et la mission de Paul Magnette.

« Oui, nous prendrons nos responsabilités »

Interrogé sur la mission de Paul Magnette, Olivier Maingain explique : « Il tente de voir s’il y a des convergences sur certaines thématiques. Il veut montrer que des partis peuvent se parler sur des sujets comme le pouvoir d’achat, le taux d’emploi, le climat… Et que, si convergences il y a, il n’est pas possible que les partis ne décident pas de se mettre ensemble à la table des négociations. Pour DéFI, malgré notre poids relatif, nous prendrons nos responsabilités. Si nous pouvons participer à la stabilité des institutions de la Belgique, nous le ferons. Si nous pouvons en profiter pour faire enfin de vraies réformes… Des réformes qui renforcent, par exemple, le pouvoir d’achat, qui donnent une perspective aux personnes à la retraite ou à la compétitivité économique de nos entreprises. Nous sommes disposé à prendre nos responsabilités. »

« Nous ne participerons pas au déséquilibre de notre pays »

Le président de DéFI nuance ses propos sur la participation du parti à une possible majorité. « On sait bien qu’au nord du pays certains spéculent sur la paralysie totale du pays pour pouvoir mieux justifier leur fuite en avant sur le plan institutionnel. S’il faut s’asseoir à une table de négociations pour donner une chance à un gouvernement de stabilité et de perspectives de réforme, nous prendrons nos responsabilités. Évidemment, pour DéFI, ça sera sans la N-VA. Ce parti ne peut pas vivre sans amener à une forme d’affaiblissement de l’État fédéral. Ce n’est pas notre choix et donc, dans ce cas, nous ne participerons pas à un gouvernement. Nous ne voulons pas d’un gouvernement qui déséquilibre le pays comme nous l’avons vécu les 5 dernières années. Résultat, ce sont les intérêts de la Flandre qui ont été servis par le gouvernement de Charles Michel. »

Nova Carta et Commission spéciale

Pour DéFI, il est temps d’avoir une réflexion sur le bilan des réformes institutionnelles successives. François De Smet a proposé de mettre en place une commission spéciale, un dialogue avec la société civile afin d’évaluer l’efficacité des réformes de l’État. Olivier Maingain argumente : « On voit bien que les réformes successives ont créé des déséquilibres. Elles ont asséché les aspects budgétaires d’un certain nombre d’entités. Il est, peut-être temps d’aller chercher des réponses chez ceux qui vivent les conséquences des réformes de l’État. Et, j’en connais peu qui ont trouvé la 6e réforme de l’État enthousiasmante dans la réalité. On a souvent mené le train des réformes institutionnelles sous la contrainte d’un chantage permanent venant de certains partis au Nord du pays. Sous la menace d’un « si vous ne nous donnez pas satisfaction, les séparatistes vont avoir raison ». Le résultat, c’est que les séparatistes sont plus présents que jamais au nord du pays. A un moment, il faut dire « stop » et faire l’évaluation. Voyons ce qui a été efficace et voyons ce qui a vraiment été au service de la population. Il faut peut-être penser à refédéraliser certains aspects et inversement. Trouvons le niveau de pouvoir qui mène les politiques les plus efficaces et surtout côté francophone mettons de l’ordre dans nos institutions. Il faut avoir un véritable débat intrafrancophone sur l’organisation de nos institutions. Il faut éviter la division qui résultera en un éparpillement des moyens et une perte d’efficacité de nos politiques. On ne doit pas se diviser entre Wallons et Bruxellois. On gagne beaucoup plus à faire les choses ensemble que séparément. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Un premier salon de la famille pour faire connaître les acteurs locaux qui soutiennent la parentalité
Woluwe-Saint-Lambert Un premier salon de la famille pour faire connaître les acteurs locaux qui soutiennent la parentalité
DéFI prône le multilinguisme des élèves plutôt que le bilinguisme des structures
Wallonie-Bruxelles DéFI prône le multilinguisme des élèves plutôt que le bilinguisme des structures
François De Smet à la rencontre des acteurs de terrain sur l’intégration et la coordination alimentaire
Province du Luxembourg François De Smet à la rencontre des acteurs de terrain sur l’intégration et la coordination alimentaire
Amaury Alexandre soutient l’économie circulaire grâce à une unité de biométhanisation
Province de Namur Amaury Alexandre soutient l’économie circulaire grâce à une unité de biométhanisation