ACTUALITÉS

Evere
Muriel Duquennois : "être échevine change énormément le quotidien"
Muriel Duquennois
Le lundi 13 janvier 2020

La Capitale de ce lundi 13 janvier consacre un article portrait à notre échevine du budget et de l’emploi à Evere, Muriel Duquennois. L’occasion de découvrir comment jongler entre son métier de comptable et son échevinat change le quotidien mais aussi son regard sur une année de mandature pour consolider les budgets de la commune.

Jongler entre deux métiers

Devenir échevine, ça change énormément le quotidien explique Muriel Duquennois : « Quand vous êtes salariée, il faut l’annoncer à votre patron même si il savait que j’étais en campagne. Ensuite, vous n’avez plus le même temps. Ça change tout à fait la vie de famille et la vie quotidienne puisque vous avez toutes les tâches en tant qu’échevin et vous avez toujours votre travail. C’est difficile de l’arrêter parce que dans 6 ans si je ne suis pas réélue, je n’ai plus de travail. Quand on a travaillé pendant 25 ans pour quelqu’un, on ne sait pas lui dire du jour au lendemain au revoir je m’en vais. Ce n’est pas dans ma culture. Je jongle entre les deux. »

Situation budgétaire compliquée

Durant un an, la commune d’Evere s’est trouvée dans une situation budgétaire compliquée mais a, depuis lors, solidement redressé la barre. « On a dû rechercher plus de financement. On a ouvert une nouvelle école, l’école Popelin. La population augmente donc les frais de fonctionnement augmente. Donc, il faut des nouvelles recettes. On a recherché des solutions en équipe avec le collège. Donc, évidemment ça a pris un certain temps. 2020 et 2021 étaient compliqués à solutionner. C’est ça qui a retardé les nouveaux investissements. Maintenant tout est passé, ça a été approuvé. Quand vous prenez par exemple rien que la nouvelle école de Marie Popelin, ça a déjà un coût financier de plus de 700.000 euros. Il faut pouvoir trouver l’argent pour pouvoir combler ces frais. C’est bien de créer des écoles mais ce sont des frais qui sont à charge de la commune. Et donc, nous avons mis le temps pour trouver une solution qui n’impose pas trop les Everois. Augmenter les recettes, c’est augmenter les impôts donc on a cherché dans tous les sens pour trouver la meilleure solution. » 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI regrette que le parcours d’accueil des primo-arrivants ne soit toujours pas d’application
RÉGION BRUXELLOISE DéFI regrette que le parcours d’accueil des primo-arrivants ne soit toujours pas d’application
Débat à Namur pour la présidence wallonne et présentation du programme pour le secrétariat général
élections internes Débat à Namur pour la présidence wallonne et présentation du programme pour le secrétariat général
« Il est inacceptable que les maternités fassent les frais des économies imposées au secteur des soins de santé »
fermeture de maternités "Il est inacceptable que les maternités fassent les frais des économies imposées au secteur des soins de santé"
“Le peuple serait furieux si nous devions revoter et il aurait raison !”
Fédéral “Le peuple serait furieux si nous devions revoter et il aurait raison !”