ACTUALITÉS

Cyberaddiction
Moins de temps de cerveau disponible & vulnérabilité des plus jeunes
Le mercredi 7 avril 2021

Les écrans et les réseaux sociaux font partie intégrante de nos vies. Ils prennent une place encore plus importante dans celle des nouvelles générations e il faut bien le dire ils nous ont un petit peu « sauvé » pendant les différents confinements.

Dans son livre « Apocalypse cognitive”, le sociologue Gérald Bronner évoque le sujet comme une ombre qui plane sur notre espèce, une « menace civilisationnelle » imminente. Est-ce que les prouesses technologiques récentes dans l’histoire de l’humanité ne pourraient-elles pas finir par nous nuire en fin de compte ?

C’est un paradoxe, nous avons créé la technologie pour nous libérer du temps de cerveau disponible, c’est-à-dire le temps qu' »il nous reste après le travail, les transports, les tâches domestiques et les besoins physiologiques. Mais en fin de compte, les écrans ne cambriolent-ils pas constamment notre temps libre ?

C’est une question que le député bruxellois DéFI, Jonathan de Patoul, a adressée au parlement francophone bruxellois. On le sait tous, l’ennui est vu comme une torture par l’Homme et les écrans nous attirent indubitablement, nous empêchant parfois d’accomplir des tâches plus productives.

Comment cela se fait-il ? L’hormone du plaisir que nous connaissons bien, la dopamine, nous pousse à toujours avoir les yeux rivés sur nos écrans qui accaparent notre temps libre. On ne se sent jamais rassasié par les informations que nous délivrent les réseaux sociaux, telles des “friandises cognitives” que l’on donne à notre cerveau en constante recherche de dopamine.

Les écrans, des aimants attentionnels

Nous consultons en moyenne 221 fois nos smartphones par jour et cette tendance ne fait que de se renforcer avec le confinement, où il devient parfois difficile de garder un rapport sain avec la technologie. Cependant, on ne peut nier que l’omniprésence d’internet dans notre quotidien facilite grandement nos moyens d’échanges et est souvent nécessaire, voire parfois indispensable à une pratique professionnelle.

Nos enfants et les jeunes générations sont pourtant plus vulnérables à ces addictions. Car oui, on peut parler d’une réelle cyberaddiction. Jonathan de Patoul souligne “ les générations nées et directement plongées dans le web en font parfois les frais. On le sait tous pourtant, les écrans sont néfastes et créent une réelle dépendance. Ils auraient de lourdes conséquences sur le sommeil, la santé, le comportement, les capacités intellectuelles et même sur la réussite scolaire. Les réseaux sociaux apportent parfois beaucoup d’anxiété, une perte de lucidité sur le réel, un mal-être qui s’installe petit à petit, insidieusement”.

La ministre en charge de la promotion de la santé, Barbara Trachte, assure que la Région est au courant de cette cyberdépendance et des problèmes engendrés par la sur-consommation des écrans. Elle rappelle que des ASBL comme Cyber ou Yapaka.be sont très actives sur ce sujet en particulier.

Notre député restera attentif à cette question et plaide pour une stratégie d’envergure qui prendrait ce problème de la place du virtuel dans nos vies à bras le corps, avant qu’il ne soit trop tard. 

Oui au progrès technologique mais pas à n’importe quel prix !

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
DéFI souhaite une analyse objectivée de tous les scénarios ainsi qu’une consultation populaire des populations locales
Bois de la cambre DéFI souhaite une analyse objectivée de tous les scénarios ainsi qu'une consultation populaire des populations locales
La proposition DéFI pour soutenir le Dr Denis Mukwege a été votée à l’unanimité
Région bruxelloise La proposition DéFI pour soutenir le Dr Denis Mukwege a été votée à l'unanimité
Deux nouveaux conseillers communaux DéFI
Koekelberg Deux nouveaux conseillers communaux DéFI
Nouvelle salve d’aides de la Région bruxelloise pour le secteur de la Culture
Région bruxelloise Nouvelle salve d’aides de la Région bruxelloise pour le secteur de la Culture