Bonne gouvernance
Les ministres DéFI mettent fin à des systèmes parfois kafkaïens

Bruxelles souffre d’une grande complexité institutionnelle. C’est ce que DéFI (alors FDF) avait souligné dans son programme régional 2014. « Améliorer la gouvernance doit être un effort constant pour tous les niveaux de pouvoir. A Bruxelles, c’est d’autant plus nécessaire qu’un grand nombre d’acteurs s’expriment sur un territoire limité», écrivait-on, en insistant sur le fait que la multitude d’institutions présentes sur le territoire bruxellois nécessitait de tendre vers une simplification, tout en garantissant bien évidemment un service de qualité à la population. DéFI, dans le cadre des compétences de son ministre Didier Gosuin et de sa secrétaire d’Etat Cécile Jodogne, a obtenu de grandes avancées en termes de rationalisation des institutions et d’amélioration de la gouvernance publique. Quelques exemples…

Stop au fouillis institutionnel 

« Prenons un exemple concret : nous voulons structurer nos services publics sur base du cycle de vie des entreprises », explique le ministre Didier Gosuin. Pour apporter ce soutien aux entrepreneurs, le gouvernement bruxellois, à l’initiative des ministres DéFI, a mis en place une réforme autour de trois pôles (accompagnement, financement, hébergement). « Il faut mettre fin à la lasagne institutionnelle en spécialisant chaque acteur public dans son métier de base et mieux définir les missions qui relèvent des pouvoirs publics et celles qui sont exercées par des acteurs privés que nous pouvons partiellement subsidier. » Ainsi, pour le pôle accompagnement/conseil, c’est désormais une Agence régionale unique qui sera créée et qui regroupera Atrium, Impulse et Bruxelles Invest&Export (BIE). Elle sera opérationnelle dès le 1er janvier 2018. Pour ce qui concerne le pôle hébergement, Citydev, qui dispose d’un patrimoine de 200 hectares de parcs et de terrains pour entreprises, devient l’acteur de référence pour proposer des offres de solution en termes d’hébergement des entreprises et de développement immobilier. Enfin, l’outil public central du pôle financement est la SRIB (Société régionale d’investissement de Bruxelles). Celle-ci offre trois types d’outils financiers : le capital-risque pour les start-ups et les PME, le co-financement bancaire pour les PME et la micro-finance pour les PME et les indépendants.

« Complémentairement et pour aider au mieux les entrepreneurs, nous avons renforcé et étendu le 1819.brussels pour en faire un guichet unique d’informations et d’orientation des entrepreneurs vers les différents services offerts par ces trois pôles », insiste Didier Gosuin.

Exit le « fait du prince » et remise en ordre 

Aujourd’hui, 95% des subsides facultatifs économie, emploi, formation font l’objet d’appels à projets systématiques, ce qui signifie une mise en concurrence systématique et un règlement largement diffusé. « Fini le ‘fait du prince’ : les dossiers font l’objet d’une analyse par un jury d’experts indépendants dont le ministre suit à 100% les avis et les recommandations », confirme Didier Gosuin.

« Pour la première fois en Région bruxelloise, on a évalué 100% des postes ACS. »

Transparence et meilleure gouvernance sont, ici aussi, les maîtres-mots de la réforme.

Autre rationalisation : pour la première fois, il a été procédé à l’évaluation de 100% des postes ACS (agents contractuels subventionnés), ces emplois financés par la Région bruxelloise dans le secteur non-marchand.

 

Du jamais vu en Région bruxelloise. « Aujourd’hui, on peut affirmer que 100% des postes ACS et des associations et pouvoirs publics qui en bénéficient sont totalement en règle et remplissent bien la mission qui a justifié l’octroi de cette aide », insiste Didier Gosuin.

Fin du malaise social 

Quant à la lutte contre l’incendie et l’aide médicale urgente à Bruxelles, on saluera la réforme structu-relle et statutaire que la secrétaire d’Etat Cécile Jodogne a opérée au SIAMU. Cet organisme d’intérêt public bruxellois dispose désormais d’une chaîne de commandement simplifiée et d’une clarification du statut de ses agents… Exit le malaise ambiant qui y régnait depuis des années, exit aussi les grèves. « Les pompiers ne sont plus dans la rue parce qu’ils ont compris que nous voulons avancer avec eux », souligne la secrétaire d’État.

Autre révolution : pour la première fois dans l’histoire du SIAMU, les bases d’une meilleure gestion des moyens et des ressources ont été mises en place à travers le développement d’un plan pluriannuel d’investissement, basé sur un audit ainsi que sur une étude prospective d’implantation des casernes.

« Les pompiers ne sont plus dans la rue. Ils ont compris que nous voulons avancer avec eux. » 

En parallèle, l’efficacité du service de prévention du SIAMU est améliorée et la procédure d’avis lors de l’octroi des permis d’urbanisme et d’environnement rationalisée. « Cela permettra l’amélioration du service rendu au citoyen, notamment par l’accélération de la délivrance des permis d’urbanisme et d’environnement. » 

Pour ce qui concerne le commerce extérieur, on épinglera une réorientation des aides financières à l’exportation. Enfin, le réseau des attachés économiques et commerciaux (AEC) a fait l’objet d’une rationalisation cette année. « Cela nous permettra d’offrir un meilleur soutien à de nouveaux projets d’exportation réellement prometteurs et de couvrir les pays les plus avantageux sur le plan stratégique pour les entreprises bruxelloises », conclut Cécile Jodogne.

 

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Oui, il est possible de concilier qualité de vie et activité économique de l’aéroport… Et DéFI le prouve !
Survol aérien Oui, il est possible de concilier qualité de vie et activité économique de l'aéroport... Et DéFI le prouve !
Affaires Publifin, Nethys, Kazakhgate : STOP à l’hypocrisie !
Bonne gouvernance Affaires Publifin, Nethys, Kazakhgate : STOP à l'hypocrisie !