ACTUALITÉS

Ruralité
Manifestation des agriculteurs : les FDF wallons se montrent solidaires
Le mardi 8 septembre 2015

Les FDF wallons tiennent à se montrer solidaires face aux agriculteurs qui manifestent aujourd’hui à Bruxelles. Il est primordial que leurs revendications soient entendues. Dans le cas contraire, l’agriculture belge ira malheureusement droit dans le mur. Les FDF wallons sont particulièrement interpellés par le rabattage médiatique qui met d’avantage en lumière les embarras de circulation causés par cette manifestation plutôt que la mise en avant du pourquoi de cette action.

Rappelons que l’année 2015 durant premier semestre écoulé s’est révélée être une année particulièrement sombre pour le secteur agricole. 2015 a sonné le glas de la suppression des quotas laitiers et la faiblesse du prix qui en découle ne permet plus aux producteurs de vivre décemment. De manière générale, la Belgique a perdu pas moins de 63% des ses exploitations en 30 ans, c’est dire la difficulté à laquelle elles doivent faire face. La consommation locale est en train de disparaître au profit d’exploitations industrielles.

En cause ? La pression des prix et la compétition avec d’autres pays qui impose aux agriculteurs de s’agrandir et d’investir sans cesse, conduisant soit à leur endettement soit à l’obligation de continuer à travailler avec des machines qui ne sont plus adaptées. Outre, les agriculteurs, ce sont également les secteurs annexes qui sont touchés, les vendeurs d’outillages spécifiques en sont un exemple.

Ce contexte particulièrement difficile ne permet plus aux anciens de nouer les deux bouts ni aux jeunes agriculteurs d’avoir accès à la terre. Le prix des terres ayant augmenté de manière drastique et le revenu lié à la production agricole n’étant plus suffisant ou trop volatile pour permettre une rentabilité suffisante.

Les FDF wallons s’inquiètent des dérives de la PAC (Politique Agricole Commune) qui, manifestement, et malgré l’importance du budget qui lui est consacrée, ne suffit plus à assurer une continuité dans les revenus et pose problème pour le maintien de l’activité professionnelle. Les agriculteurs doivent être justement rémunérés pour leurs activités.

 » Il est urgent de faire face à l’ultra­libéralisme des marchés internationaux qui menace la sauvegarde de notre agriculture sur le continent européen « , pointe Hugues Lannoy.

L’après-quotas laitiers en vigueur depuis le 1er avril 2015, de surcroît dans un contexte politique rendu encore plus difficile avec l’embargo russe, doit impérativement aller de pair avec une régulation des prix au niveau européen , et l’ambition de permettre aux 3500 producteurs laitiers wallons d’investir plus de moyens dans des produits à haute valeur ajoutée et de pouvoir créer des marques de produits belges.

Par ailleurs, les perspectives liées aux conséquences du TTIP (Traité Transatlantique) pourraient s’avérer néfastes pour l’agriculture wallonne, les barrières tarifaires étant plus élevées dans le secteur agricole que dans les autres secteurs. La levée de ces barrières va mettre en concurrence les grands groupes agro-alimentaires américains avec les agriculteurs européens, nettement plus familiaux.

 » Ce qui se passe pour le prix du lait aujourd’hui risque de se passer demain pour l’agro-alimentaire « , prévient le président des FDF en Wallonie.

C’est pourquoi les FDF wallons, tout en appelant à une solution conjoncturelle pour les producteurs de lait, revendiquent une autre stratégie pour notre agriculture : l’économique doit pouvoir se concilier avec le durable et le local : la fonction nourricière prioritaire doit être conçue complémentairement avec les circuits courts.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"
Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier
Présidence de DéFI Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier