Christophe Magdalijns

72e effectif

Mes thèmes de campagne

Bruxelles, ville intelligente et proche de ses habitants
Le défi des années à venir est de faire entrer Bruxelles dans le XXIe siècle tout en préservant ses quartiers et sa convivialité. C’est toute la complexité de la politique et d’une ville à taille humaine plusieurs fois capitale: penser globalement, agir et surtout vivre localement. C’est ce dont Bruxelles a besoin mais aussi et surtout Auderghem et tout le Sud-Est de Bruxelles qui ont tant de choses à offrir. Ce défi, aucun politique ne saura le relever sans une démarche collective, sans concevoir nos quartiers et notre ville de façon participative.Bruxelles, dynamique et durable
Entrer dans le XXIe siècle, cela signifie mettre nos habitudes et nos modes de consommation en transition pour construire une économie sociale et durable de marché. Car oui, contrairement à ce que pensent certains, le marché dans lequel nous vivons a des solutions à apporter à l’urgence climatique s’il est correctement encadré. La « smart city » de demain, la ville intelligente que nous devons créer, fera reposer son économie et notre qualité de vie sur les dernières avancées technologiques: 5G, mobilité multimodale, services en ligne, etc. C’est par l’innovation et les technologies nouvelles que nous allons nous « mettre en paix » avec notre planète. Si la politique climatique patine au niveau belge, Bruxelles doit être à l’avant-garde !Bruxelles? Une, deux… trois fois capitale!
Bruxelles est la capitale de la Belgique et de l’Europe. Soyons ambitieux! Devenons la capitale des sciences et de la culture! Aujourd’hui, Bruxelles rayonne au plan international comme étant un centre de décisions important. Demain, Bruxelles doit également rayonner grâce à son offre culturelle et à son excellence académique. Le potentiel est là. Bruxelles est une ville riche, diverse, francophone et internationale. En associant toutes nos forces, nous pouvons créer une université de renommée mondiale et des hautes écoles au top européen. En coordonnant nos politiques culturelles et de loisirs, notre attractivité intégrera le top 10 européen.

Bruxelles, riche de ses villages
Un de nos plus belles richesses, c’est notre vie locale. Nous ne le savons que trop bien dans le Sud-Est de Bruxelles où nous connaissons une vie champêtre tout en étant à un jet de pierre de la Grand’ Place. Je l’ai dit et je le redis ! Je veux représenter Auderghem et tout le Sud-Est de Bruxelles à la Région pour faire en sorte que la quiétude et la douceur de vivre de nos quartiers soient préservées. Et même améliorées. Notre qualité de vie passe avant tout par la qualité de notre environnement immédiat et par la qualité des relations humaines que l’on noue dans nos quartiers. La convivialité a toujours été mon mot d’ordre comme bourgmestre. Elle le restera lorsque j’irai vous défendre à la Région !

Bruxelles, un label d’éthique et de bonne gouvernance
Il est plus que temps que le renouveau démocratique et que la bonne gouvernance se concrétisent. Les Bruxellois doivent repenser par eux-mêmes et pour eux-mêmes leurs institutions. Des institutions capables de parler aux grands de ce monde et de se soucier de notre quotidien. En collaboration avec l’État fédéral, à la Région de se charger de la politique métropolitaine. Aux communes de se charger du quotidien. Une nouvelle dynamique Région-communes doit être trouvée pour plus d’efficacité. Ces institutions devront être animées par des responsables politiques irréprochables.
Fini le cumul, finis les mandats sans fins, finie la politique électoraliste et politicienne. Allons collectivement vers une politique participative et évaluée objectivement.

Ma bio

Je suis actuellement président du Conseil communal d’Auderghem. J’ai été Président du CPAS et Bourgmestre ff. Mon parcours est tout entier dédié au service de la collectivité, au service de tous.

Diplômé en sciences politiques et en administration publique, j’ai rejoint le secteur public après un bref passage dans le privé.

Depuis 2004, je fais de l’analyse et du contrôle de gestion dans le domaine public au sein du Corps interfédéral de l’Inspection des finances (www.inspfin.be). Un métier qui m’a permis de vivre de nombreuses expériences.

J’avoue avoir du mal à tenir en place. J’ai tour à tour travaillé dans les secteurs de la culture, de la défense, de l’économie, de la recherche, des affaires étrangères et de la coopération pour laquelle je me suis rendu régulièrement au Congo pendant quatre ans.

A 47 ans, je crois pouvoir dire que je combine expérience, maîtrise de mes dossiers et enthousiasme. Je conserve aussi une certaine faculté d’indignation à l’encontre de l’injustice, de la bureaucratie et du manque de civisme.