ACTUALITÉS

L'interopérabilité entre les sociétés de transports publics
Du constat d’échec et de gaspillage d’argent public aux perspectives d’avenir
Le mardi 24 juillet 2018

L’interopérabilité : une demande du citoyen

 

Devant les efforts accrus des pouvoirs publics pour inciter la population à favoriser la mobilité douce et à utiliser les transports publics, force est de constater que la superposition de différents systèmes rendent parfois les choses compliquées pour certains usagers.  Les utilisateurs réguliers des transports publics sont demandeurs d’un système cohérent et attendent de pouvoir utiliser un seul et même titre de transport (la carte MOBIB de la STIB par exemple) sur toutes les plateformes et pour tous les opérateurs de transport.

 

Pour leurs déplacements domicile – lieu de travail, nombreux sont les usagers qui doivent en effet transiter par plusieurs lignes et plusieurs opérateurs, passant par exemple d’une ligne de la STIB pour prolonger le voyage avec un véhicule TEC ou De Lijn.  Si des synergies existent déjà, la situation peut être largement améliorée, non seulement pour améliorer le confort du voyageur mais également pour encadrer les coûts de l’interopérabilité.

 

Les citoyens sont demandeurs d’un moyen de paiement unique, quel que soit le transporteur, et d’un prix qui reste le même pour faire un même trajet, que l’on utilise un ou deux opérateurs de transport.

 

Qu’est-ce qui bloque ?

 

En 2010, la société BMC s.a. (Belgian mobility card s.a.) a vu le jour. Créée par les 4 opérateurs de transport public (SNCB, STIB, De Lijn et TEC), elle a pour mission, outre de gérer la carte MOBIB, de réaliser l’interopérabilité des transports publics belges.  Elle dispose pour ce faire d’un budget d’environ 1,5 million d’euros par an.

 

Malgré cela, chaque opérateur travaille ou persiste à travailler dans son coin et à défendre son propre modèle opérationnel (ticketing, réseau, etc.), cette situation étant renforcée par un manque évident de volonté politique.  En effet, dans d’autres villes européennes, telles Londres, Paris ou certaines aux Pays-Bas, le nombre d’opérateurs n’est pas moindre mais l’intégration s’est appuyée sous l’impulsion des décideurs politiques.

 

La survivance de systèmes multiples (4 systèmes) et la création d’un 5ème modèle pour l’intégration coûte donc 5 fois plus cher qu’un modèle unique.  Ce sont donc des centaines de millions d’euros qui sont gaspillés par les différentes sociétés de transport, au détriment des intérêts des usagers, sur le compte des contribuables, écornant également l’image de Bruxelles.

 

Perspectives d’avenir

 

L’interopérabilité est aujourd’hui partielle, avec la carte MOBIB ou Jump/MTB.  Il ne sera toutefois plus possible de la mettre en oeuvre et de la négocier au vu du développement de nouvelles technologies, dites MAAS (Mobility as a service) et de la forte tendance, déjà marquée en Flandre, vers la libéralisation des transports publics.

 

Face aux constats d’échec, au gaspillage d’argent public et aux enjeux de la technologie MAAS, le député bruxellois DéFI Marc Loewenstein formule un certain nombre de propositions visant à réaliser l’interopérabilité entre les sociétés de transport dans les meilleurs délai, en donnant à BMC un véritable pouvoir décisionnel.  A défaut, certaines sociétés pourraient se voir refuser l’accès au territoire bruxellois.

 

Retrouvez ici les propositions de Marc Loewenstein.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Interview : Pour DéFI, le gouvernement « orange bleu » doit demander la confiance au Parlement !
Interview Pour DéFI, le gouvernement "orange bleu" doit demander la confiance au Parlement !
« MR-NVA : vrai ou faux divorce ? » : Olivier Maingain était invité dans Débats Première sur La Première
« MR-NVA : vrai ou faux divorce ? » Olivier Maingain était invité dans Débats Première sur La Première
Emploi et formation : DéFI est contre la dégressivité des allocations de chômage
Emploi et formation DéFI est contre la dégressivité des allocations de chômage
Etterbeek : La nouvelle majorité MR-Ecolo-Groen-PS-Spa fait un pied de nez à la parité hommes-femmes
Etterbeek La nouvelle majorité MR-Ecolo-Groen-PS-Spa fait un pied de nez à la parité hommes-femmes