ACTUALITÉS

Linkebeek
DéFI rappelle l’importance de l’union des francophones en périphérie
Le jeudi 24 mai 2018

A l’approche des élections communales d’octobre prochain, la situation se complique à Linkebeek, en périphérie bruxelloise. En effet, le bourgmestre non nommé Damien Thiéry fait face à une véritable crise de majorité.

 

Depuis toujours, DéFI cherche à unir les francophones de la périphérie.  

 

Face à ces tensions, Olivier Maingain, président de DéFI, rappelle qu’il est important de “conserver l’unité des francophones à tout prix”. Et, il demande à Damien Thiéry de “faire un pas de côté” si cela peut améliorer la situation.

 

Pour le moment, DéFI Linkebeek reste vigilant. Gilles Hallez, chef de file DéFI, rencontrera prochainement les camps qui s’opposent pour “s’assurer de leur attachement à nos valeurs et à nos combats en périphérie”.

 

Comme l’explique le quotidien L’Echo de ce jeudi 24 mai, “Linkebeek se retrouve donc avec deux listes francophones opposées, auxquelles pourrait s’ajouter une troisième”. Mais, pour DéFI, il est fondamental d’éviter ces oppositions. Il est essentiel de conserver l’unité des francophones, surtout en périphérie.

 

Dans la presse également : Le Vif/L’Express

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Cécile Jodogne prend ses fonctions de bourgmestre ff de Schaerbeek
région bruxelloise Cécile Jodogne prend ses fonctions de bourgmestre ff de Schaerbeek
Olivier Maingain :  « DéFI a maintenu sa ligne laïque »
région bruxelloise Olivier Maingain : « DéFI a maintenu sa ligne laïque »
François De Smet : « Accueillir dignement des demandeurs d’asile, cela ne n’est pas mener une politique nouvelle »
Chambre François De Smet : « Accueillir dignement des demandeurs d'asile, cela ne n'est pas mener une politique nouvelle »
Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n’en n’est pas responsable »
à la rencontre de nos élus (4) Jonathan de Patoul : « Se sentir honteux devant une situation injuste donne envie de se battre même si on n'en n'est pas responsable »