ACTUALITÉS

Linkebeek
DéFI choisit la liste représentant le mieux l’unité des francophones
Le jeudi 21 juin 2018

Réunie en assemblée générale ce 20 juin, la section de DéFI de Linkebeek était appelée à se positionner par rapport au choix de listes résultant de la rupture de la majorité francophone. Il y a quelques semaines, l’échevin indépendant Yves Ghequière, la bourgmestre Valérie Geeurickx, l’échevin socialiste Pasquale Nardone et le président du CPAS Philippe Thiéry, membre de DéFI, ont estimé ne plus pouvoir travailler avec l’échevin Damien Thiéry qui s’était autoproclamé, il y a quelques mois, tête de liste de la liste d’union francophone à Linkebeek.

 

La section s’est prononcée en faveur de la liste pluraliste mise sur pied par Mme Geeurickx et MM Ghequière, Nardone et Philippe Thiéry pour plusieurs raisons.

 

Premièrement, le chef de file DéFI à Linkebeek, Gilles Hallez, a constaté, après avoir rencontré les chefs de file des autres partis démocratiques francophones présents à Linkebeek en vue de sauver l’Union des francophones, que cette union chère à DéFI n’était plus possible avec Damien Thiéry comme tête de liste. Il a en effet observé une rupture totale de confiance entre Damien Thiéry et 13 des 20 mandataires communaux, dont l’ensemble des élus du CPAS. Or, la bonne gestion communale dépend d’une équipe compétente, sachant travailler ensemble en toute confiance, ce que Damien Thiéry ne semble plus apte à proposer.

 

Deuxièmement, le combat personnel de Damien Thiéry pour sa nomination en tant que bourgmestre semble avoir occulté les autres revendications que portent les francophones de Linkebeek. Si cette non-nomination reste profondément anti-démocratique, DéFI estime que le refus de Damien Thiéry de soutenir, par ailleurs, la ratification de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ou encore de proposer UNIA comme organe compétent en matière de discriminations linguistiques, reflète son manque d’ambition par rapport à la cause des francophones de la périphérie et de sa commune en particulier.

 

Troisièmement, la section DéFI de Linkebeek regrette que Damien Thiéry ait utilisé son statut de président du conseil communal pour refuser, à plusieurs reprises, l’inscription de points à l’ordre du jour du conseil communal alors que la population en avait fait la demande, et ce lorsque ceux-ci mettaient en cause la majorité fédérale MR/NVA.

 

Par conséquent, la liste composée d’Indépendants, de Socialistes, d’Ecolo et même d’élus MR – apparaît aujourd’hui comme la seule liste réunissant deux exigences fondamentales pour DéFI: la bonne gouvernance et la démocratie participative d’une part, le respect de tous les droits des francophones d’autre part.

 

Cette décision est propre à Linkebeek et ne concerne que Linkebeek. Elle permettra d’offrir aux Linkebeekois, dont près de 90% sont francophones ou d’expression autre que le néerlandais, un véritable débat démocratique, une confrontation d’idées et de projets, sans jamais remettre en cause leur représentativité dans les instances locales.

 

Loin de briser l’unité francophone, cette liste continuera, avec tous les autres futurs élus communaux, à défendre les droits des francophones dans le respect de chaque communauté et dans le respect des Conventions internationales, des lois linguistiques fédérales et des décisions de la Cour constitutionnelle et de l’Assemblée générale du Conseil d’Etat.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Interview : Sophie de Vos prête à relever les défis d’Auderghem !
Interview Sophie de Vos prête à relever les défis d’Auderghem !
Crise gouvernementale : DéFI ne votera pas de motion de méfiance avec la N-VA
Crise gouvernementale DéFI ne votera pas de motion de méfiance avec la N-VA
Interview : Pour DéFI, le gouvernement « orange bleu » doit demander la confiance au Parlement !
Interview Pour DéFI, le gouvernement "orange bleu" doit demander la confiance au Parlement !
Reconnaissance du foetus et de l’enfant sans vie : NON à une remise en cause des droits des femmes et du droit à l’IVG !
Reconnaissance du foetus et de l’enfant sans vie NON à une remise en cause des droits des femmes et du droit à l'IVG !