ACTUALITÉS

Bien-être animal
Libramont s'inspire de Barcelone pour sensibiliser au problème de l'abandon des animaux de compagnie
Le lundi 28 juin 2021

Chaque jour, ce sont en moyenne 165 chiens et chats qui sont recueillis par les refuges en Belgique. Cette triste réalité sera encore rappelée ce samedi, à l’occasion de la Journée mondiale contre les abandons des animaux de compagnie. A Libramont-Chevigny, la Commune a décidé de miser sur la sensibilisation pour changer les comportements. C’est ainsi qu’une campagne pour le moins originale vient d’être lancée à l’initiative de l’échevin Jonathan Martin

« Notre campagne s’inspire en fait d’une action menée par les autorités de Barcelone, où des chiens en béton ont été installés dans les rues pour sensibiliser l’opinion au problème des abandons. Chaque statue porte un collier auquel est attaché un QR-code. En le scannant, les passants peuvent découvrir l’histoire d’un chien abandonné. A ceci près que nous avons remplacé les statues en béton par des silhouettes en bois réalisées en interne, notre opération est très similaire. Au total, nous avons placé une vingtaine de silhouettes dans des lieux de passage : bâtiments communaux, zones de loisirs ou encore parkings commerciaux« , explique l’échevin libramontois du bien-être animal. 

Si les vacances d’été constituent généralement une période critique pour les abandons, l’échevin est d’avis que cet été présente un risque particulier. 
« Pas mal de personnes ont adopté un animal de compagnie durant la crise sanitaire pour les aider à mieux vivre le confinement. Mais avec le retour des libertés et l’empressement des gens à vouloir partir en vacances, on peut craindre un effet multiplicateur. Si cela venait à se confirmer, ce serait particulièrement injuste vis-à-vis de ces animaux qui ont été d’un grand réconfort pour beaucoup pendant cette période difficile. Un animal de compagnie, ce n’est pas un bien de consommation qu’on jette quand on n’en a plus besoin« , insiste M. Martin
La Commune de Libramont-Chevigny rappelle au passage que le Code wallon du bien-être animal prévoit de lourdes sanctions en cas d’abandon illégal. De son côté, Marc Istat, le responsable de la SRPA d’Arlon, met en garde contre les effets dévastateurs de l’abandon sur le bien-être animal. 
« On est confronté tous les jours aux abandons de chiens et de chats suite à des achats compulsifs, avec une très mauvaise réflexion à la base. Les animaux ont des émotions comme les nôtres. Il suffit que vous vous imaginiez dans une cage et que tout ce que vous avez connu avant s’écroule. On a des cas dramatiques où les chiens restent prostrés pendant des jours dans un coin« , explique le responsable du refuge. 
Pour lui, l’adoption d’un animal de compagnie doit reposer sur un choix murement réfléchi. Il faut ainsi pouvoir se poser les bonnes questions avant toute adoption. M. Istat invite par ailleurs les adoptants à se tourner vers les refuges pour l’acquisition de leur futur compagnon à quatre pattes. 
« C’est la chance de donner une vie enfin paisible à un animal qui le mérite. Il y a aussi des avantages plus techniques : un animal qui vient d’un refuge est vacciné, stérilisé et pucé. Ce qu’on peut aussi constater en refuge, c’est que l’animal a une reconnaissance immense envers ses adoptants parce qu’il est bien conscient que la situation s’améliore pour lui« , avance-t-il. 
En conclusion, Jonathan Martin et Marc Istat souhaitent rappeler que l’abandon n’est jamais une solution et qu’il existe de nombreuses alternatives à celui-ci. 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Carte blanche : « Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut « 
Région bruxelloise Carte blanche : "Plan taxi : sortons de l’impasse par le haut "
Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Interviews Abattage rituel : “Comme ministre du Bien-être animal, je ne peux pas ne pas mettre ce dossier sur la table du gouvernement”
Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
Région bruxelloise Il faut renforcer la cybersécurité de nos hôpitaux bruxellois
François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”
Podcast François De Smet : “J’arrive 5 minutes avant le début de la plénière parce que j’aime ce calme avant la tempête”