ACTUALITÉS

Libin
Une deuxième liste soutenue par DéFI
Le lundi 23 juillet 2018

Que les Libinoises et les Libinois se rassurent, il y aura bien une deuxième liste à Libin pour le scrutin du 14 octobre prochain. Une liste d’ouverture avec Bertrand Arnould dans le rôle de chef d’orchestre. Dans son entreprise, le conseiller communal d’Ochamps pourra compter sur le soutien de DéFI. Après le passage de trois de ses conseillers dans le camp de la bourgmestre Anne Laffut, le leader de la minorité se réjouit de ce renfort qui sera incarné par Bernard Van Lysebetten. Positif, il n’oublie pas pour autant la défection de certains de ses anciens colistiers :

«La liste Horizon 2024 se dit renforcée par des transfuges qui n’ont pas respecté le mandat que l’électeur leur avait donné, à savoir de porter un projet alternatif à celui de l’actuelle majorité. L’électeur appréciera ! En outre, certain(e)s estimant déjà les fonctions de bourgmestre et de président de CPAS comme acquises, on peut se demander si l’électeur aura encore un rôle à jouer.»

Bernard Van Lysebetten sera donc le candidat de DéFI sur la liste de Bertrand Arnould. L’homme est loin d’être un inconnu. Chef de projet dans le secteur des nouvelles technologies, il fut aussi conseiller au CPAS de Libin en début de législature.

 «Ce scrutin et celui qui lui emboîte directement le pas constituent des opportunités pour les citoyens de changer la donne afin que la précarité, résultat d’une politique fédérale de droite extrême, recule. Il y a 3 ans, j’étais encore conseiller au CPAS de Libin. Cette expérience m’a permis de constater l’appauvrissement de la population, mais aussi l’acharnement envers les plus démunis», explique-t-il.

Entrepreneur engagé, Bernard Van Lysebetten n’est pas du genre à tomber dans le piège de la fatalité. Que du contraire, il multiplie les projets visant à «placer Libin sur l’échiquier européen comme pôle de compétences axés sur les nouvelles technologies afin de créer de l’emploi et stimuler les jeunes à entreprendre des études techniques dans des profils bien spécifiques et à haute valeur ajoutée.»

De son côté, Jonathan Martin, vice-président exécutif de DéFI et président de DéFI Luxembourg, estime que «la démocratie a besoin du débat contradictoire. Après les transfuges de janvier, le risque était grand de n’avoir qu’une seule liste sur la ligne de départ. Avec une telle perspective, on pouvait légitimement craindre que l’exécutif sorti des urnes ne se repose sur ses lauriers et ne fasse l’impasse sur le nécessaire exercice de la remise en question. Fort heureusement, il n’en sera pas ainsi. Et je suis heureux que DéFI participe à cette dynamique alternative, dans l’intérêt de la démocratie et de la population locale.»

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Droits des femmes : Fatoumata Sidibé propose de féminiser l’espace public
Droits des femmes Fatoumata Sidibé propose de féminiser l’espace public
Budget 2019 : Pour DéFI, l’accord gouvernemental manque d’ambition !
Budget 2019 Pour DéFI, l’accord gouvernemental manque d'ambition !
Crainhem : DéFI présentera une liste de rassemblement francophone
Crainhem DéFI présentera une liste de rassemblement francophone
L’interopérabilité entre les sociétés de transports publics : Du constat d’échec et de gaspillage d’argent public aux perspectives d’avenir
L'interopérabilité entre les sociétés de transports publics Du constat d’échec et de gaspillage d’argent public aux perspectives d’avenir