Logement
Les résultats de l'étude de l'IBSA sur la répartition des logements sociaux entre les différents quartiers de la Région bruxelloise
Le jeudi 7 février 2019

Jusqu’à présent, la répartition inégale des logements sociaux sur le territoire régional permettait d’attribuer aux communes de bons ou de mauvais points en la matière.  L’Institut bruxellois de statistique et d’analyse (IBSA) s’est cependant récemment attaché à une analyse plus fine, par quartier.

Les résultats de cette étude, qui viennent d’être publiés, sont riches en enseignements. Tout d’abord, malgré d’importants efforts des gouvernements pour construire de nouveaux logements publics et rénover le parc existant, la part de logements sociaux, soit huit pour 100 ménages, demeure relativement faible dans l’ensemble de la Région.

L’étude révèle également de grandes disparités spatiales. Par exemple, le quartier des Trois Tilleuls, à Watermael-Boitsfort, affiche une grande densité de logements sociaux, avec 60 unités pour 100 ménages ; suivent le quartier Bon Air à Anderlecht, Homborch-Verrewinkel à Uccle, MoortebeekPeterbos à Anderlecht et Kapelleveld à Woluwe-Saint-Lambert. Ce n’est, certes, pas le cas partout.  Toutefois, cette analyse par quartier devrait nous permettre de mieux répartir les critiques et de sortir de l’éternel débat sur la maîtrise du foncier, avec, pour protagonistes, la Région qui met les moyens et les communes qui résistent.

Pour des raisons historiques, d’autres quartiers se trouvent à l’autre extrémité du taux de présence de logements sociaux. C’est le cas, par exemple, de Matonge, de la Porte de Tervuren ou du Cinquantenaire qui comptent une proportion de logements sociaux cent fois inférieure à la moyenne observée ailleurs. Cette faible proportion se retrouve également au Chant d’oiseau, aux étangs d’Ixelles, dans le secteur Berckmans-Hôtel des monnaies, à Josaphat ou Plasky.

La démarche est intéressante parce qu’elle réfute des critiques récurrentes.

Les auteurs de l’étude ont également examiné l’évolution du nombre de logements sociaux par quartier entre 2008 et 2018. Certains ont vu leur parc locatif s’élargir. C’est le cas du quartier du Heysel, de Hembeek, de Haren, de Cureghem-Vétérinaires, de Reyers, de Calevoet-Moensberg ou encore du Dries. Il y a sans doute des corrélations à établir, notamment sur la maîtrise du foncier, mais ces évolutions s’expliquent aussi, selon moi, par les politiques régionales.

Je ne rentrerai pas dans les détails chiffrés. Ils pourront éventuellement être annexés au compte rendu.

Mme la ministre, je suppose que vous avez pris connaissance de cette étude. Quels enseignements pouvez-vous en tirer ?

Quels sont les facteurs qui permettent d’expliquer la répartition inégale, historique, des logements sociaux entre les différents quartiers ? Pour quelles raisons certains quartiers bruxellois comptent-ils actuellement une proportion de logements sociaux cent fois supérieure à d’autres ?

Comment expliquez-vous que certains quartiers bruxellois aient perdu des logements sociaux entre 2008 et 2018, alors que – sans revenir sur mon dada relatif à l’encours – au cours de cette décennie, la Région a investi des moyens budgétaires considérables dans la production de nouveaux logements publics ?

Comment le gouvernement bruxellois appréhende-t-il la problématique de l’inégale répartition des logements sociaux entre les différents quartiers ? Quelles mesures envisage-t-on de prendre afin de tendre vers une répartition plus harmonieuse de ces logements ?

Cette répartition spatiale est-elle un paramètre que vous avez pris en considération au moment d’élaborer la programmation de la politique du logement ? Les opérateurs chargés de superviser la mise en œuvre de cette politique, à savoir la Société du logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB), le Fonds du logement et la Société d’aménagement urbain (SAU) ont-ils pris conscience de l’impérieuse nécessité de répartir de façon plus équitable les logements sociaux sur l’ensemble du territoire, tout en la nuançant avec la question de la maîtrise du foncier ? Ces opérateurs ont-ils veillé à construire, en priorité, de nouveaux logements sociaux dans des quartiers qui ne disposaient que d’une faible proportion de logements publics à finalité sociale ?

Découvrez : 

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Le lancement le 21 mars 2019 d’une monnaie locale dénommée la ‘Zinne’
Affaires générales Le lancement le 21 mars 2019 d'une monnaie locale dénommée la 'Zinne'
La vétusté du moteur de recherche des offres d’emplois du site Internet d’Actiris et l’absence de recherche géographique et territoriale
Emploi La vétusté du moteur de recherche des offres d’emplois du site Internet d’Actiris et l’absence de recherche géographique et territoriale
La mise en œuvre de l’ordonnance relative à l’obligation d’engager des personnes handicapées dans les administrations des pouvoirs locaux
Handicap La mise en œuvre de l’ordonnance relative à l'obligation d'engager des personnes handicapées dans les administrations des pouvoirs locaux
Survol : Etude d’incidence imposée par la Justice et relation avec le Fédéral
Environnement Survol : Etude d’incidence imposée par la Justice et relation avec le Fédéral