ACTUALITÉS

Fédéral
"Le respect envers les policiers doit être rétabli en poursuivant systématiquement les infractions commises à leur encontre"
Le vendredi 8 novembre 2019

Ce mercredi, plusieurs centaines de policiers ont manifesté devant le tribunal correctionnel de Liège, réclamant une tolérance zéro pour les auteurs de violence à l’égard des policiers. Tout le monde a encore en mémoire les tragiques meurtres de mai et d’août 2018 à Liège et à Spa où périrent deux policières et un policier.. Tout récemment , le 9 septembre dernier, un policier a reçu une balle à bout portant lors d’un simple contrôle de police. Des violences envers les services d’ordre et de secours qui semblent de plus en plus fréquentes.

Une prévention accrue doit être envisagée

L’occasion pour François De Smet, député fédéral, d’interpeler le ministre de la sécurité et de l’intérieur, Pieter De Crem, en séance plénière à la Chambre. Mais aussi de rappeler l’engagement de DéFI à combattre la violence illégitime à l’encontre des policiers et des ambulanciers, et de manière générale à l’encontre de tous les services de secours. « Les policiers sont dépositaires de la puissance publique et, à ce titre, ils sont contrôlés et peuvent se voir sanctionnés s’ils utilisent la violence de manière illégitime ou disproportionnée, et c’est bien normal dans une démocratie. Mais le corollaire de ce contrôle, c’est que ces femmes et ces hommes qui assurent notre sécurité soient aussi respectés et protégés. Dans un État de droit, les violences quelles qu’elles soient à l’égard des forces de l’ordre doivent être condamnées. Or elles ont tendance à se multiplier. En tout état de cause, une prévention accrue doit être envisagée ! »

La violence doit être sanctionnée

« Toute violence doit pouvoir être sanctionnée, que les forces de l’ordre en soient les auteurs ou les victimes. Le nombre de policiers victimes d’agression physique continue en effet d’augmenter, de même que le nombre de jours de congé de maladie voire des handicaps à la suite de ces agressions. Ces agressions sont aussi de plus en plus violentes et sources de difficultés en termes de bon fonctionnement de la police et d’environnement de travail pour les policiers. » continue notre député fédéral.

Utilisation de bodycams

Pour DéFI, tous les policiers devraient pouvoir être équipés de “bodycams”, ce qui est déjà le cas dans certaines zones de police pour certaines interactions, pratique qui doit être encadrée dans une loi. Un tel dispositif permettrait d’avoir un effet préventif et dissuasif, ainsi que d’objectiver les faits et d’offrir une sécurité juridique inexistante à l’heure actuelle. Le remboursement de cours d’autodéfense par les forces de l’ordre doit également être prévu. 

Poursuites systématiques

De façon plus générale, le respect envers les policiers et leur matériel (commissariats, véhicules,…) doit être rétabli en poursuivant systématiquement les infractions commises à leur encontre. Pour cela, l’enregistrement centralisé des faits de violence commis à l’encontre des policiers doit être systématique, de même que les collaborations entre la police et les parquets au niveau des arrondissements. 

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Pouvoirs locaux Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Alexandre Dermine : « la gestion communale est au ralenti alors que les enjeux sont nombreux ! »
Communales, un an après : Watermael-Boitsfort Alexandre Dermine : "la gestion communale est au ralenti alors que les enjeux sont nombreux !"
DéFI plus que jamais vigilant quant à la situation de la Justice en Luxembourg
Luxembourg DéFI plus que jamais vigilant quant à la situation de la Justice
« Retourner voter, c’est dire à la N-VA et au Belang qu’ils seront vainqueurs et que le séparatisme est la seule façon de régler le problème »
Grand entretien "Retourner voter, c'est dire à la N-VA et au Belang qu'ils seront vainqueurs et que le séparatisme est la seule façon de régler le problème"
Les crimes sexuels commis sur des enfants ne seront désormais plus prescrits
Fédéral Les crimes sexuels commis sur des enfants ne seront désormais plus prescrits