Mobilité
Le déneigement des quais d’embarquement de trams et des arrêts de la STIB
Le lundi 18 février 2019

Un article de presse émanant du média BRUZZ du 24 janvier 20191 relayait les incidents, accidents et désagréments dus à l’absence de déneigement de nombreux arrêts ou quais d’embarquement de la STIB. Fait étonnant, personne ne semblerait se considérer comme responsable du déneigement de ces quais.

En effet, il apparait que sur les réseaux sociaux, les plaintes de certains citoyens ne trouvaient aucune réponse satisfaisante puisque tant la STIB que Bruxelles Mobilité se revoient la balle de la responsabilité de ce déneigement.
Cette problématique est loin d’être neuve et a déjà fait l’objet de questions et interpellations au sein de ce Parlement.
Au final, la cascade de déresponsabilisation des organismes ou institutions à priori compétentes pour ce faire, aboutit à mettre en péril la sécurité des usagers des transports en commun.

Cette situation est inacceptable et je m’étonne très franchement, qu’a minima, une collaboration étroite et systématisée entre la STIB, la Région et les communes ne soit pas opérationnelle.

En 2013 déjà, Didier Gosuin s’entendait répondre par la ministre de l’époque, Madame Grouwels, que ce processus de collaboration serait mis en place. Plus largement sur l’entretien des sites propres de la STIB, j’ai interrogé le ministre Smet et la secrétaire d’Etat Laanan à maintes reprises sur la répartition des tâches entre Bruxelles Mobilité, la STIB et Bruxelles Propreté. Une convention est attendue depuis plusieurs années. Dans l’attente, des réponses que je reçois à mes questions parlementaires, il y aurait une entente entre les différents acteurs. Pourtant, cela n’a pas l’air de se traduire sur le terrain, en particulier, lorsqu’il s’agit du déneigement.

Il semble, en outre, paradoxal, d’imposer aux habitants des immeubles de déneiger leurs trottoirs sous peine d’être responsables des accidents se produisant devant chez eux alors que les pouvoirs publics ou les opérateurs de transports publics se verraient exemptés de cette obligation et de cette responsabilité.

Monsieur le Ministre, mes questions sont les suivantes :

  • Quels sont les moyens déployés par la STIB, par la Région de manière plus générale, pour assurer le déneigement des quais d’embarquement et des arrêts de bus ?
  • Pouvez-vous clarifier la chaine de responsabilités pour le déneigement des arrêts et quais d’embarquement de la STIB ? En cas d’accident, qui est responsable ?
  • Existe-t-il des accords de coopération ou des procédures opérationnelles entre la Région, la STIB et les communes afin de déterminer qui est responsable et se répartir le déneigement des quais et arrêts ?
  • Où en est la convention répartissant l’entretien du site propre de la STIB entre la STIB, Bruxelles Mobilité et Bruxelles Propreté ?
  • A défaut de tels accords, que pouvez-vous proposer comme solution rapide pour l’avenir ?

Découvrez : 

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« Une amende n’a aucun impact sur quelqu’un qui ne trouve pas d’emploi. Il a besoin de soutien, d’un stage ou d’une formation ! »
Grand entretien "Une amende n'a aucun impact sur quelqu'un qui ne trouve pas d'emploi. Il a besoin de soutien, d'un stage ou d'une formation !"
« On manque d’ambition pour le sport de haut niveau. Il faut accompagner plus efficacement nos athlètes »
Sport "On manque d'ambition pour le sport de haut niveau. Il faut accompagner plus efficacement nos athlètes"
DéFI dépose au Parlement bruxellois une proposition de résolution visant à soutenir les actions destinées à la protection de la forêt amazonienne
Amazonie DéFI dépose au Parlement bruxellois une proposition de résolution visant à soutenir les actions destinées à la protection de la forêt amazonienne
Marie Nagy :  « Bruxelles est une ville où les groupes ne se rencontrent pas. Nous avons besoin d’un ‘dictionnaire commun’ pour nous approprier avec lucidité notre avenir commun »
a la rencontre de nos élus (5) Marie Nagy : « Bruxelles est une ville où les groupes ne se rencontrent pas. Nous avons besoin d'un 'dictionnaire commun' pour nous approprier avec lucidité notre avenir commun »