Affaires générales
L’avenir du marché IRISnet 2 concernant les services de mobilophonie des services publics bruxellois
Le lundi 13 mars 2017

Le 31 mai 2012, le marché IRISnet2 a été attribué par la Région bruxelloise à la société Mobistar (aujourd’hui Orange), et ce pour les deux lots qui le composent. Ce marché regroupait alors 122 mandants bénéficiaires.

Alors que le « lot 1 » porte sur les lignes data, la téléphonie fixe et divers autres services, le « lot 2 » concerne plus spécifiquement les services de mobilophonie.

La durée initiale du marché du lot 2 était de 3 ans. Son exécution a débuté le 1er novembre 2012 avec pour date de fin initiale le 31 octobre 2015. Ce marché pouvait être prolongé pour une durée de 2 années complémentaires. Cette décision de prolongation a été prise par le Gouvernement le 23 avril 2015. Le marché relatif au lot 2 prendra donc fin le 31 octobre 2017.

Entretemps et au regard de cette date butoir, le 14 juillet 2016, le Gouvernement a ouvert les choix des mandants bénéficiaires à trois options pour les services de mobilophonie :

  1. adhérer à un nouveau cahier spécial des charges initié par chaque institution ;
  2. adhérer à un nouveau cahier spécial des charges régional initié par la Région (la réponse pour cette seconde option devait être communiquée par les mandants intéressés pour le 15 janvier 2017) ;
  3. intégrer le « lot 2 » dans le « lot 1 » d’IRISnet via une levée d’option.

Si, au vu de la situation actuelle des mandants, cette 3ème option semble la meilleure pour garantir la stabilité et la continuité de la délivrance des services de mobilophonie, la philosophie de la décision du Gouvernement de proposer un nouveau cahier spécial des charges régional a le mérite d’ouvrir à la concurrence et de rabattre les cartes.

Au niveau de la communication vers les mandants, alors qu’il eut été plus simple et clair d’envoyer un seul courrier regroupant les trois options ainsi que les différentes pièces permettant à chaque mandant de décider en pleine connaissance de cause, les différents mandants, dont les communes, ont été informés de ce dossier via deux courriers envoyés par le CIRB à un jour d’intervalle. Pour faire court, l’un faisait la promotion du cahier spécial des charges régional, l’autre celle de l’intégration du lot 2 dans le lot 1. Par ailleurs, pour pouvoir consulter et analyser le cahier spécial des charges régional, il fallait se déplacer dans les bureaux du CIRB. Pas de possibilité de le communiquer directement aux mandants…

Compte tenu de ces circonstances, j’imagine qu’il y a eu peu d’enthousiasme à adhérer au cahier spécial des charges régional.

Dès lors, mes questions seront les suivantes :

  1. Sur l’ensemble des mandants sollicités, pourriez-vous m’indiquer combien d’entre eux ont fait le choix du cahier spécial des charges régional et, si vous disposez déjà de certaines informations, combien ont fait le choix de l’intégration du lot 2 dans le lot 1 ou d’un nouveau cahier des charges spécifique ?
  2. Est-ce que l’envoi de ces deux courriers, signés par les directeurs du CIRB, ont été envoyés séparément à votre demande ? Qu’est-ce qui a justifié cet envoi séparé ?
  3. Pour quelles raisons le cahier spécial des charges régional n’était disponible qu’au siège du CIRB et non diffusable ?
  4. Quelles conclusions le Gouvernement bruxellois tire-t-il des réponses communiquées par les mandants bénéficiaires ?

Découvrez : 

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
La reconversion des dépôts d’Uccle et d’Evere à la suite du déménagement de De Lijn
Développement territorial La reconversion des dépôts d’Uccle et d’Evere à la suite du déménagement de De Lijn
La fermeture du Petit-Château et le rôle régional dans la rénovation ou la réhabilitation
Développement territorial La fermeture du Petit-Château et le rôle régional dans la rénovation ou la réhabilitation
Mise en œuvre de l’exigence de Bruxelles de 4 trains par heure et par sens en heure de pointe et de 2 trains par heure et par sens en heure creuse
Mobilité Mise en œuvre de l’exigence de Bruxelles de 4 trains par heure et par sens en heure de pointe et de 2 trains par heure et par sens en heure creuse
Octroi des extensions « .brussels » et stratégie de développement
Affaires générales Octroi des extensions « .brussels » et stratégie de développement