Infrastructure
L’aménagement des voiries et de l’espace public dans les zones de protection patrimoniale et urbanistique, dites « zones tampons », aux alentours des sites reconnus au patrimoine de l’Unesco
Le lundi 9 juillet 2018

La Région bruxelloise compte plusieurs sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco, ce qui représente non seulement une source de fierté mais également un intérêt au niveau de l’urbanisme, du tourisme et de l’aménagement du territoire. Les sites classés sont la Grand-Place de Bruxelles, le Palais Stoclet et 4 habitations majeures de Victor Horta. Cette inscription au patrimoine de l’Unesco implique une gestion spécifique au regard de la Convention du patrimoine mondial. L’Unesco recommande entre autres une zone de protection patrimoniale et urbanistique. Cette zone appelée « zone tampon » a pour but de mettre en place une meilleure protection des abords du site et une découverte de celui-ci par les citoyens et les touristes.

Le respect de cette notion de zone tampon et la mise en avant de ce patrimoine remarquable demandent une coordination ainsi qu’une collaboration entre les différents pouvoirs compétents (communes et Région) et, au sein de la Région, entre différents services et ministres.
Mes deux premières questions sont donc assez larges :

  • Comment les services et administrations qui dépendent de vos compétences, Monsieur le Ministre, telles que Bruxelles-Mobilité, la Stib, etc… tiennent-ils compte de ces « zones tampons » et de la qualité du patrimoine de l’Unesco lors de projets et travaux ?
  • En termes de signalisation le long des voiries régionales, quels sont les décisions, actions, investissements ou projets d’implantation de panneaux spécifiques, réalisés par la Région, pour signaler et mettre en valeur ce patrimoine remarquable de l’Unesco ? Sauf erreur de ma part, je ne vois rien.

Je voudrais ensuite aborder un point plus particulier, à savoir celui des abords du Palais Stoclet.

J’ai déjà eu l’occasion d’interpeller le Ministre-Président à ce sujet en 2015 et d’y revenir lors d’une interpellation récente d’Anne-Charlotte d’Ursel. Mon collègue, Serge de Patoul, vous a également posé, au mois de décembre, une question plus spécifique sur l’arrêt Stib prévu devant le Palais Stoclet. En complément de ces questions-là, je voudrais attirer votre attention sur le peu de mise en avant de ce bâtiment exceptionnel qu’est le Palais Stoclet. Exceptionnel en termes d’architecture et d’oeuvre « totale », exceptionnel aussi en termes de pôle touristique.

Même s’il n’est pas ouvert au public, ce bâtiment qui est un des seuls exemples au monde encore préservés du travail de la Wiener Werkstätte. Ce patrimoine donc attire de très nombreux promeneurs, touristes, groupes guidés par des historiens, étudiants en histoire de l’art, en architecture, peintres et autres photographes… Des cars originaires de tout pays viennent voir le Palais Stoclet de l’extérieur mais aucun lieu n’est prévu sur l’avenue de Tervuren, une artère régionale, pour permettre de regarder ce bâtiment dans toute sa perspective et de manière sécurisée. Questionnant à nouveau le Ministre-Président sur le sujet, il nous a renvoyé vers vous.

J’aimerais dès lors vous interroger sur les points suivants :

  • Tout d’abord, l’aménagement actuel de la voirie devant le Palais Stoclet ne me parait pas conforme aux obligations liées à sa reconnaissance comme patrimoine mondial de l’Unesco. Y a-t-il déjà eu une analyse concernant les obligations liées à l’Unesco, et plus spécifiquement sur l’aménagement de l’espace public lié à cette reconnaissance ? Des études existent-elles déjà, en dehors du très mauvais projet de déplacement de l’arrêt de la Stib Léopold II, concernant la possibilité pour que tout un chacun puisse contempler le Palais Stoclet dans de meilleures conditions ? Si oui, dans quel sens les études vont-elles ?
  • Quelle est la collaboration entre la direction des Monuments et Sites et les services liés à la mobilité, aux travaux publics et aux transports publics par rapport à la mise en valeur de ce joyau architectural et touristique ?
  • Existe-t-il des études pour permettre le parking temporaire et limité d’au moins un car, de manière plus sécurisée qu’en s’arrêtant le long de l’avenue de Tervueren ? Il faut savoir que lorsque des cars s’arrêtent, l’endroit est encore plus dangereux tant pour les piétons que pour les cyclistes et automobilistes qui se croient sur une autoroute urbaine.
  • Et pour finir, je terminerai en réitérant toute l’opposition tant de la Commission de concertation urbanisme de Woluwe-Saint-Pierre que du Conseil communal au projet actuellement prévu de changement de lieu et de configuration de l’arrêt Léopold II. Y a-t-il eu des avancées, des changements depuis la question précédente sur le sujet ?
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
La politique menée par la Région concernant les oies bernaches et les ouettes d’Egypte
Environnement La politique menée par la Région concernant les oies bernaches et les ouettes d’Egypte
La décision en annulation du Conseil d’État relative à certaines antennes émettrices d’ondes électromagnétiques en Région bruxelloise
Environnement La décision en annulation du Conseil d'État relative à certaines antennes émettrices d'ondes électromagnétiques en Région bruxelloise
Survol-plan des routes et les recours en justice : suite du jugement du 20/07/2017 et résultat des nouveaux sonomètres installés en Région bruxelloise, la plainte de 150 habitants, la nouvelle décision de justice en référé de ce 31/05/2018
Environnement Survol-plan des routes et les recours en justice : suite du jugement du 20/07/2017 et résultat des nouveaux sonomètres installés en Région bruxelloise, la plainte de 150 habitants, la nouvelle décision de justice en référé de ce 31/05/2018
Le suivi de la proposition de résolution discrimination à l’entrée des discothèques et autres lieux de sortie
Droits humains Le suivi de la proposition de résolution discrimination à l’entrée des discothèques et autres lieux de sortie