ACTUALITÉS

Média
Laïcité, "il faut un principe juridique qui permet aux citoyens de se fédérer autour d'un socle de valeurs communes"
Le jeudi 26 septembre 2019

« Aujourd’hui, six cultes sont financés en Belgique : catholique, protestant, israélite, anglican, orthodoxe et islamique. Pour assurer plus d’équité dans la répartition des moyens, les laïques, comme d’autres, plaident pour une refonte en profondeur du système actuel. Alors la question se pose : faut-il revoir le financement des cultes ? » C’était le thème choisi par Arnaud Ruyssen pour son CQFD du 25 septembre. Suite à l’article de La Libre sur la laïcité, Sophie Rohonyi était l’invitée de l’émission face à Tommy Scholtès, porte parole des évêques de Belgique.

Avant toute chose, Sophie Rohonyi souligne le fait que débattre de la laïcité de l’État est essentiel aujourd’hui : « Depuis 2003, DéFI n’a de cesse de déposer un texte qui a pour objet l’inscription de la laïcité de l’État dans la Constitution. Pourquoi ? Parce que l’on considère que dans une société qui est de plus en plus en perte de repères démocratiques, c’est important d’avoir un principe juridique qui permet aux citoyens de se fédérer autour d’un socle de valeurs communes. Quelles sont ces valeurs communes ? C’est l’égalité entre les hommes et les femmes, la primauté de la loi sur les prescrits moraux religieux, la liberté de croire ou de ne pas croire,… mais aussi l’égalité entre les différentes convictions religieuses.« 

Sur le financement octroyé à la religion catholique, Sophie Rohonyi est claire : « Nous ne visons pas un culte plutôt qu’un autre mais force est de constater que les chiffres parlent d’eux-mêmes. Accorder 85 % de financement à un culte qui n’est plus pratiqué à l’heure actuelle par 85 % de la population, c’est faire fi de la réalité d’aujourd’hui et de l’évolution de notre société. Aujourd’hui, notre société est multi-culturelle et pluraliste et c’est important de reconnaître les différentes religions qui coexistent aujourd’hui. Notre but n’est pas du tout de remettre en cause l’utilité sociale des religions. Je pense que les religions ont un rôle à jouer dans notre société mais il faut faire en sorte que cela soit équitable et transparent.« 

En conclusion, ce que souhaite DéFI, c’est l’adoption d’une loi relative à la reconnaissance des cultes qui déterminera les critères légaux et objectifs pour l’accès au financement public des cultes.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
10 ans du Centre Malou : « Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent »
Woluwe-Saint-Lambert 10 ans du Centre Malou : "Les seniors peuvent participer à autant d’activités qu’ils souhaitent"
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Patrick Pynnaert : « On ne respecte pas la mémoire »
Fort de Cognelée Patrick Pynnaert : "On ne respecte pas la mémoire"
Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier
Présidence de DéFI Le Conseil Général a officiellement arrêté un calendrier