Aménagement du territoire
L’abandon du Projet CIRK et la réaction de la Région bruxelloise dans ce dossier
Le mercredi 20 février 2019

Par voie de presse du 11 janvier 2019, nous apprenons que la commune de Koekelberg s’est retirée du projet Cirk porté par l’Espace Catastrophe (Centre International de Création des Arts du Cirque). Le motif invoqué par le Conseil communal de Koekelberg est que la hauteur de l’investissement a été sous-évaluée par la majorité communale sortante et que la finalisation du dossier de financement était largement hors délai. En effet, en raison de ces retards, le coût du projet évalué initialement à près de 6 millions d’euros montant serait dorénavant estimé à près de 12 millions d’euros…

Pourtant, c’était initialement à l’invitation de la commune de Koekelberg en 2011 que le projet a été intégré dans le Contrat de Quartier «Koekelberg Historique 2012/2015». Ce projet avait obtenu toutes les validations administratives, urbanistiques et environnementales requises. L’équilibre financier était rencontré pour la construction du complexe proprement dit, avec les financements communaux (réservés depuis 2012: 1,8 million d’euros), le subside de Beliris (4,082 millions d’euros) et le subside de la Politique de la Ville (938.000 euros). De son côté, l’Espace Catastrophe bénéficiait d’un accord de financement pour les équipements, via le Fond St’Art pour la Culture (1,650 million d’euros). Le total budgétaire cumulé avoisine les 8,5 millions d’euros. Etant donné que le projet architectural n’a pas abouti à la construction dans les délais prescrits en 2015/2017, les architectes du projet l’ont redessiné en 2 phases. La première phase devait prendre forme, en mars 2019, par la construction du complexe situé rue du Neep, comprenant les 2 studios de création/diffusion, les ateliers, les loges, l’espace d’accueil, la cafétéria/restaurant et la cuisine. Il ne restait au nouveau Collège qu’à signifier la notification de l’attribution du marché de travaux à l’entrepreneur désigné. La 2e phase du projet comprenait les bureaux, l’espace d’hébergement et le studio d’entraînement.

Au-delà de la construction, il était convenu entre les parties que la gestion du projet soit à la charge exclusive de l’Espace Catastrophe qui, via un bail emphytéotique, devait s’assurer du fonctionnement général du lieu : l’ordre de marche (càd la gestion des infrastructures) et les activités. Le contrat- programme de l’Espace Catastrophe avec le Service général des Arts de la Scène de la Fédération Wallonie-Bruxelles (2018/2022), portant actuellement sur un montant annuel de 300.000,00 €, devant pour ce faire être renégocié au moment du déménagement.

L’abandon de ce projet est un coup dur, un séisme pour le secteur des arts circassiens et le monde du cirque bruxellois.

Il s’agissait effectivement d’un projet culturel ambitieux et inédit – peut-être trop ambitieux – alliant partenariats entre des publics particuliers, scolaires (via notamment la création de l’option cirque dès septembre 2020 à l’Institut des Ursulines), extra-scolaires, tissus associatifs, etc. De surcroit, cet abandon constitue aussi une occasion manquée de doter notre Région d’un « pôle cirque » de référence…

Il est très rare de voir des moyens Beliris de cette hauteur consacrés à un projet culturel et artistique. Même Kanal Centre Pompidou n’y a pas eu droit… Beliris a permis de soutenir ces dernières l ‘un ou l’autre projet culturel (Théâtre de Toone (1,3 millions), Musée Horta (3,4 millions), Wiels et KVS.

L’abandon de ce projet pose donc la question de l’affectation des sommes importantes prévues pour le projet par les programmes Beliris (4 millions) et Politique de la Ville (938.000).

Mes questions sont donc les suivantes :

  • Quelle est la réaction de la Région face à la décision de la commune de Koekelberg d’abandonner le projet CIRK ? Des discussions avec la commune sont-elles en cours ?
  • Les montants financiers évoqués dans la presse sont-ils corrects ? Combien aura coûté l’élaboration de ce projet ?
  • Une autre localisation peut-elle être proposée par la Région dans l’espoir de voir aboutir ce projet culturel ambitieux ?
  • Quid de la réaffectation des 4 millions de Beliris et 938.000 euros Politique de la Ville ?

Découvrez : 

Le compte rendu des débats

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Logement Mobilité Santé Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Marie Nagy :  « Bruxelles est une ville où les groupes ne se rencontrent pas. Nous avons besoin d’un ‘dictionnaire commun’ pour nous approprier avec lucidité notre avenir commun »
a la rencontre de nos élus (5) Marie Nagy : « Bruxelles est une ville où les groupes ne se rencontrent pas. Nous avons besoin d'un 'dictionnaire commun' pour nous approprier avec lucidité notre avenir commun »
L’intégralité de l’accord du gouvernement bruxellois
Région bruxelloise L'intégralité de l'accord du gouvernement bruxellois
Tous les résultats en Wallonie, à Bruxelles et dans sa périphérie
Résultats Tous les résultats en Wallonie, à Bruxelles et dans sa périphérie
Le lancement le 21 mars 2019 d’une monnaie locale dénommée la ‘Zinne’
Affaires générales Le lancement le 21 mars 2019 d'une monnaie locale dénommée la 'Zinne'