Aide aux personnes
La volonté du nouveau gouvernement flamand de durcir les règles relatives au parcours d’intégration et les conséquences potentielles de ce durcissement sur la politique d’accueil des primo-arrivants en Région de Bruxelles-Capitale
Le jeudi 24 octobre 2019

Ce lundi 30 septembre, le nouveau gouvernement flamand N-VA-CD&V-Open VLD a présenté à la presse les grandes orientations de la politique régionale et communautaire qu’il entend mener au cours des cinq prochaines années. Opérant un virage « à droite toute » dans le seul but de (re)conquérir les électeurs ayant voté en faveur du Vlaams Belang, les trois partis qui composent la majorité flamande ont décidé de durcir la politique d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants. Le gouvernement Jambon annonce, en effet, qu’il entend rendre payant le parcours d’intégration civique pour les primo-arrivants. Ces derniers devront dorénavant s’acquitter d’une première redevance de 180 euros au moment de s’inscrire auprès d’un bureau d’accueil et d’une seconde redevance de 180 euros pour pouvoir passer le test final organisé à l’issue du trajet d’intégration. A la suite de ce test, les primo-arrivants devront, en outre, signer une « déclaration d’appartenance à la Flandre ». Il importe encore de relever que le « canon flamand » (liste de références culturelles, historiques et scientifiques à la gloire de la nation flamande) sera désormais enseigné dans le cadre du parcours d’intégration.

Ces mesures présentées dans l’accord de gouvernement flamand ne concernent pas uniquement les bureaux d’accueil pour primo-arrivants implantés en Flandre ; elles ont également vocation à s’appliquer au BAPA bruxellois néerlandophone, celui-ci étant placé sous l’autorité de la Communauté Flamande. Pour rappel, l’ordonnance de la COCOM du 11 mai 2017 concernant le parcours d’accueil pour les primo-arrivants ainsi que l’accord de coopération du 20 décembre 2018 conclu entre la VG, la COCOF et la COCOM prévoient que dès 2020, le parcours d’intégration deviendra obligatoire pour les nouveaux arrivants domiciliés en région bruxelloise. Ces derniers pourront néanmoins opter pour le parcours d’intégration de leur choix : soit celui organisé par la COCOF, soit celui organisé par la Communauté Flamande. Or, le durcissement de la politique flamande d’intégration tel qu’il a été annoncé par le gouvernement Jambon pourrait dissuader de nombreux nouveaux arrivants de choisir le parcours bruxellois néerlandophone. Ces primo-arrivants pourraient alors s’inscrire massivement dans les BAPA bruxellois francophones, lesquels pourraient être complètement saturés.

Madame et Monsieur les Ministres, mes questions sont les suivantes : Craignez-vous que les mesures que le gouvernement flamand souhaite adopter (obligation de payer une double redevance, obligation de signer une déclaration d’appartenance à la Flandre, enseignement du « canon flamand ») conduisent l’écrasante majorité des primo-arrivants à opter pour le parcours d’intégration francophone ? Les nouvelles règles que le gouvernement flamand entend imposer vous semblent-elles compatibles avec les dispositions de l’ordonnance de la COCOM du 11 mai 2017 et vous paraissent-elles conformes aux dispositions de l’accord de coopération du 20 décembre 2018 ? Avez-vous déjà pris contact, ou envisagez-vous de prendre contact, avec votre homologue flamand, Monsieur Bart Somers, en vue de discuter de cette problématique ? Le Collège réuni de la COCOM a-t-il inscrit, ou envisage-t-il d’inscrire, ce point à l’ordre du jour de la prochaine réunion du comité de pilotage institué par l’article 8 de l’accord de coopération du 20 décembre 2018 ?

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Les recommandations du projet CAPP quant à la continuité des prises en charge pour les publics précarisés à Bruxelles
Affaires sociales Les recommandations du projet CAPP quant à la continuité des prises en charge pour les publics précarisés à Bruxelles
Adoption d’une proposition de loi qui vise à lever le secret professionnel dans toutes les institutions de securité sociale en matière de terrorisme.
Social Adoption d’une proposition de loi qui vise à lever le secret professionnel dans toutes les institutions de securité sociale en matière de terrorisme.
La prise en charge par les hôpitaux des victimes de violences sexuelles
Santé La prise en charge par les hôpitaux des victimes de violences sexuelles
Livre blanc déposé par l’Association pour la promotion des centres de soins de jour de la Région de Bruxelles-Capitale
Santé Livre blanc déposé par l’Association pour la promotion des centres de soins de jour de la Région de Bruxelles-Capitale