ACTUALITÉS

Nucléaire
La Vivaldi a raté sa sortie
Le jeudi 23 décembre 2021

La Vivaldi a conclu un accord sur la sortie du nucléaire en 2025. Vraiment ? Elle annonce la fermeture des centrales sauf si l’approvisionnement en électricité n’est pas garanti. On peut parler de plan A, de plan B ou de plan AB+; concrètement, le seul choix posé aujourd’hui par le gouvernement est d’éjecter 40 millions de tonnes de CO2 supplémentaires dans l’atmosphère.

Le gouvernement confirme ce 23 décembre sa volonté de fermer les vieux réacteurs, et de les remplacer par de nouvelles centrales au gaz. Il se donne quelques semaines pour contourner l’obstacle du projet de Vilvorde, bloqué en Flandre, et se réserve la possibilité de garder le nucléaire en activité, si aucune solution n’est trouvée d’ici au 15 mars.

Ces hésitations perpétuelles donnent l’impression d’une cacophonie politique où chacun se cherche une porte de sortie honorable.
Or, plus on tarde à prendre une décision claire, plus le risque est grand pour la sécurité d’approvisionnement en électricité du pays tout entier. Quelle que soit l’option finale, il faudra du temps soit pour prolonger les réacteurs, soit pour développer les alternatives. Pourtant, 2025, c’est demain.

Plus le temps passe, plus la faisabilité du plan A (sortie) comme celle du plan B (maintien de deux réacteurs) s’avéreront de plus en plus difficiles à mettre en œuvre.
En l’occurrence, qui peut croire sérieusement qu’une prolongation des réacteurs serait encore possible à démarrer en mars 2022, alors que Engie a bien spécifié qu’une telle décision nécessitait des démarches à entreprendre fin 2020 au plus tard ?
De ce brouhaha, deux faits ressortent. Premièrement, le citoyen n’a toujours aucune garantie quant à la disponibilité et au coût de l’énergie à l’avenir. Deuxièmement, la seule décision confirmée par le gouvernement est de recourir au gaz, et donc d’émettre de 13 à 40 millions de tonnes de CO2 supplémentaires dans l’atmosphère, en faisant fi de la question du climat.

“Tout ça pour ça ! La politique énergétique de notre pays est prise en otage par des querelles politiques indignes du moment. De deux choses l’une : soit la poursuite du nucléaire est possible, et c’est sans délai qu’il faut la lancer ; soit elle ne l’est pas, et il faut oser le dire. Nous n’avons aujourd’hui ni l’un ni l’autre”

François de smet – président de DéFI
Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Ouïghours : la proposition de DéFI votée au parlement bruxellois
Région bruxelloise Ouïghours : la proposition de DéFI votée au parlement bruxellois
Bien-être animal : DéFI propose des chèques vétérinaires préadoption pour lutter contre les abandons
Région bruxelloise Bien-être animal : DéFI propose des chèques vétérinaires préadoption pour lutter contre les abandons
DéFI propose aux Agences Immobilières Sociales d’étendre leur parc locatif
Logement DéFI propose aux Agences Immobilières Sociales d’étendre leur parc locatif
“A l’instar des plus grands drames judiciaires qui ont touché de jeunes enfants dans notre pays, ce drame aurait pu être évité”
Meurtre du petit Dean “A l’instar des plus grands drames judiciaires qui ont touché de jeunes enfants dans notre pays, ce drame aurait pu être évité”