ACTUALITÉS

Charleroi
La traction chevaline pour rendre des services à la population
Le mardi 30 mars 2021

Jean-Noël Gillard, conseiller communal de Charleroi, a proposé ce lundi 29 mars, lors du conseil communal, le retour à une traction chevaline dans certains cas précis. Autrement dit, faire appel à des chevaux pour rendre différents services à la population au sein de la commune comme l’entretien des espaces verts ou le ramassage scolaire. Le recours aux chevaux pour rendre des services à la population est déjà d’application à Schaerbeek, commune DéFI.

Un projet pour rendre service à la population

Pour notre conseiller communal, les centres-villes de Charleroi seront plus apaisés avec moins de circulation automobile, faisant ainsi une meilleure place à l’ensemble des usagers. « La zone 30 récemment mise en œuvre dans l’espace intra-ring de Charleroi et celle à l’étude pour le centre de Gosselies vont clairement dans ce sens. Des changements qui offrent de réelles opportunités pour penser autrement la mobilité, la logistique urbaine ou encore les services aux citoyens. Dans le respect intégral de l’animal, cette collaboration chargerait les chevaux de missions locales comme l’entretien des voiries et des espaces verts, la collecte des poubelles publiques, le ramassage scolaire, la desserte de parcours touristiques ou encore la mise à disposition lors des célébrations de mariage pour ne vous rapporter que quelques illustrations utiles et sympathiques. »Jean-Noël Gillard évoque même la collaboration des chevaux dans des perspectives de logistique urbaine pour achalander les petits commerces, dont la ville a tellement besoin, et dans la foulée réduire la présence de camions et camionnettes en cœur de ville. « Le projet permettrait la diversification de la flotte communale à côté des véhicules motorisés, aux énergies fossiles, la réduction significative d’émission de gaz à effet de serre ou encore la diminution des nuisances comme les bruits ou les rejets de polluants dans l’atmosphère », ajoute Jean-Noël Gillard.

Pour notre conseiller communal, les centres-villes de Charleroi seront plus apaisés avec moins de circulation automobile, faisant ainsi une meilleure place à l’ensemble des usagers. « La zone 30 récemment mise en œuvre dans l’espace intra-ring de Charleroi et celle à l’étude pour le centre de Gosselies vont clairement dans ce sens. Des changements qui offrent de réelles opportunités pour penser autrement la mobilité, la logistique urbaine ou encore les services aux citoyens. Dans le respect intégral de l’animal, cette collaboration chargerait les chevaux de missions locales comme l’entretien des voiries et des espaces verts, la collecte des poubelles publiques, le ramassage scolaire, la desserte de parcours touristiques ou encore la mise à disposition lors des célébrations de mariage pour ne vous rapporter que quelques illustrations utiles et sympathiques. »Jean-Noël Gillard évoque même la collaboration des chevaux dans des perspectives de logistique urbaine pour achalander les petits commerces, dont la ville a tellement besoin, et dans la foulée réduire la présence de camions et camionnettes en cœur de ville. « Le projet permettrait la diversification de la flotte communale à côté des véhicules motorisés, aux énergies fossiles, la réduction significative d’émission de gaz à effet de serre ou encore la diminution des nuisances comme les bruits ou les rejets de polluants dans l’atmosphère », ajoute Jean-Noël Gillard.

Pour notre conseiller communal, les centres-villes de Charleroi seront plus apaisés avec moins de circulation automobile, faisant ainsi une meilleure place à l’ensemble des usagers. « La zone 30 récemment mise en œuvre dans l’espace intra-ring de Charleroi et celle à l’étude pour le centre de Gosselies vont clairement dans ce sens. Des changements qui offrent de réelles opportunités pour penser autrement la mobilité, la logistique urbaine ou encore les services aux citoyens. Dans le respect intégral de l’animal, cette collaboration chargerait les chevaux de missions locales comme l’entretien des voiries et des espaces verts, la collecte des poubelles publiques, le ramassage scolaire, la desserte de parcours touristiques ou encore la mise à disposition lors des célébrations de mariage pour ne vous rapporter que quelques illustrations utiles et sympathiques. »Jean-Noël Gillard évoque même la collaboration des chevaux dans des perspectives de logistique urbaine pour achalander les petits commerces, dont la ville a tellement besoin, et dans la foulée réduire la présence de camions et camionnettes en cœur de ville. « Le projet permettrait la diversification de la flotte communale à côté des véhicules motorisés, aux énergies fossiles, la réduction significative d’émission de gaz à effet de serre ou encore la diminution des nuisances comme les bruits ou les rejets de polluants dans l’atmosphère », ajoute Jean-Noël Gillard.

Un projet avec de véritables avantages sur le plan économique

« Sur le plan économique, les bénéfices que la ville pourrait en tirer ne sont pas à sous-estimer » défend notre conseiller communal. Il énumère : « Moindre dépendance aux hydrocarbures venus de très loin pour privilégier des services et des produits plus locaux (attelages, services vétérinaires et de maréchalerie, foins, avoine…) ou encore la valorisation d’emplois non-délocalisables. Sans compter sur le fait que cette nouvelle perspective de collaboration pourrait contribuer à un regain d’intérêt pour certaines filières de formation comme le maraîchage, palefrenier-soigneurs (IETS Farciennes), les soins vétérinaires et assistants vétérinaires (ECEPS Marchienne-au-Pont), le galop d’attelage, le tourisme, les certifications wallonnes en tourisme équestre, etc. » A la proposition de DéFI, Xavier Desgain, échevin Ecolo de la mobilité, a répondu favorablement à une approche de la traction chevaline dans les services communaux. Il va également veiller à établir une charte de la circulation pour attirer d’éventuels opérateurs. En 2022, Charleroi organisera également un plan de déplacement du personnel communal dans le cadre de la nouvelle Cité administrative. Jean-Noël Gillard se dit satisfait de la suite donnée à sa proposition mais demande une lecture transversale de la thématique.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“Je pense que la notion de dialogue interreligieux doit pouvoir intégrer le référentiel des cours de philosophie et citoyenneté”
ENSEIGNEMENT “Je pense que la notion de dialogue interreligieux doit pouvoir intégrer le référentiel des cours de philosophie et citoyenneté”
“Ce que veulent les citoyens, ce sont des solutions”
INTERVIEW “Ce que veulent les citoyens, ce sont des solutions”
Comment améliorer la performance énergétique et de durabilité des logements en Wallonie  ?
Replay Comment améliorer la performance énergétique et de durabilité des logements en Wallonie ?
DéFI se positionne pour une réponse plus juste aux enjeux du dérèglement climatique
Coalition Climat DéFI se positionne pour une réponse plus juste aux enjeux du dérèglement climatique