ACTUALITÉS

Guerre en Ukraine
“La responsabilité du gouvernement fédéral d’avoir des stocks de médicaments non-périmés en cas de crise est engagée”
Sophie Rohonyi à la Chambre
Le jeudi 19 mai 2022

Ce jeudi 19 mai, Sophie Rohonyi, députée fédérale, interpellait le ministre de la santé sur la livraison de médicaments presque périmés en Ukraine dans le cadre de l’aide humanitaire proposée par le Belgique.

Survivre plutôt que soigner

Après des décennies de désinvestissement et de corruption, le gouvernement ukrainien tente de réformer son système de soins de santé qui n’en reste pas moins très fragile. Il suffit de constater à quel point le nombre de cas de Sida et de tuberculose a explosé ces dernières années faute de mesures de prévention.C’est dans ce contexte qu’a éclaté la guerre en Ukraine, une guerre où la Russie bombarde hôpitaux et maternités. Les citoyens ukrainiens ne pensent donc plus à se soigner, mais à survivre. Or, souligne Sophie Rohonyi, « notre pays a refusé cette fatalité en envoyant du matériel médical sur place. »

Un couac de plus pour le gouvernement fédéral

Cependant, alors que l’annonce d’une aide humanitaire de la Belgique aurait pu être une aide bénéfique à ce pays en guerre, le matériel envoyé n’est pas de qualité ! « En effet, on pouvait espérer que ce matériel serait de qualité. Et bien non ! Puisque la presse nous apprend que 20 % des médicaments et 10 % des fournitures livrées ont périmé à peine 3 semaines après leur arrivée ! » exulte notre députée. 

Les directives de l’OMS sont pourtant claires : les médicaments donnés doivent avoir une durée de conservation d’au moins un an ! Sophie Rohonyi interpelle le ministre : « Aujourd’hui, vous nous dites avec beaucoup de cynisme qu’il fallait agir vite et que, de toute façon, l’Ukraine avait donné son accord pour ces dons. 

Mais l’Ukraine avait-elle la possibilité de les refuser compte tenu de sa grave situation humanitaire ? Était-ce à elle, ou à vous, de vérifier les modalités de ces dons ?D’ailleurs, deux semaines plus tard, vous avez retiré des produits dont la date de péremption était inférieure à six mois. Pourquoi l’avoir fait pour ce deuxième don et pas le premier ? »

Un manque de prévoyance et d’anticipation

Pour DéFI, si l’urgence dans le chef du gouvernement ukrainien se justifiait par le besoin vital de médicaments pour soigner sa population, elle ne dédouane pas le gouvernement fédéral de sa responsabilité d’avoir des stocks de médicaments non périmés en cas de crise, en Belgique ou ailleurs. Surtout après la saga des masques durant la crise Covid ! Sophie Rohonyi ajoute : « Ces médicaments ne présentent pas de danger. Vrai. Sauf que le risque, c’est que les Ukrainiens pensent aujourd’hui se soigner avec nos médicaments qui en réalité agissent peu voire plus du tout ! Le risque, c’est que nos concitoyens s’administrent des médicaments périmés sans penser aux conséquences. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Wallonie : le gâchis du projet « Territoire zéro chômeur »
Wallonie Wallonie : le gâchis du projet « Territoire zéro chômeur »
Consultation citoyenne “Un pays pour demain”
Consultation citoyenne “Un pays pour demain”
Abattage avec étourdissement réversible : DéFI appelle l’ensemble des députés bruxellois à faire prévaloir le bien-être animal!
Région bruxelloise Abattage avec étourdissement réversible : DéFI appelle l'ensemble des députés bruxellois à faire prévaloir le bien-être animal!
Abattage avec étourdissement: Le courage de l’universel
Carte Blanche Abattage sans étourdissement: Le courage de l’universel