ACTUALITÉS

Région bruxelloise
La réforme du secteur des Taxis avance enfin, mais l'urgence est toujours là
Le vendredi 10 décembre 2021

DéFI se réjouit du déblocage du dossier de la réforme du secteur des activités du transport rémunéré de personnes. Mais l’urgence est toujours là. DéFI souhaite le vote rapide d’une ordonnance réparatrice pour assurer l’activité des chauffeurs actuellement sur le carreau.

Pour rappel, la réforme qui vient d’être adoptée en première lecture par le gouvernement bruxellois  vise à offrir un même cadre juridique pour toutes les activités du secteur des activités du transport rémunéré de personnes (taxis classiques et taxis de plateforme) et sera réalisée en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés. Ce cadre va permettre d’enfin apporter la sérénité au secteur des taxis en fixant des règles claires, adaptées et qui devront être respectées par tous. Cette réforme doit, notamment, permettre de faire diminuer les tarifs aujourd’hui applicables et ainsi, rendre le secteur le plus accessible pour tous. C’est en ce sens que DéFI continuera d’avancer de manière constructive dans ce dossier. Et ce, dans le seul intérêt de l’ensemble des Bruxellois et Bruxelloises.

“Aujourd’hui, les décisions de justice récentes créent d’autres situations inégalitaires et concurrentielles dès lors que les chauffeurs LVC sous licence flamande peuvent continuer à exercer, ce qui illustre l’urgence à moderniser notre législation. La réforme Taxi, adoptée en première lecture par le gouvernement, doit consacrer une vision moderne de la mobilité en ville créatrice d’emplois et se faire dans l’intérêt de tous les chauffeurs et usagers, et ne laisser personne au le bord de la route”, souligne Emmanuel De Bock, député chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois.

Marc Loewenstein, député bruxellois DéFI : “ Il y a de la place pour tout le monde. Les modèles évoluent et par conséquent, le secteur doit lui aussi évoluer, sans pour autant dégrader les conditions de travail des chauffeurs et la qualité des services aux usagers. Dans l’attente de cette réforme pilotée par le gouvernement, que nous espérons rapidement effective après les consultations nécessaires, l’urgence est à une solution transitoire, immédiate et temporaire, pour les nombreux chauffeurs LVC et leurs familles impactés”.

DéFI prend acte du volontarisme affiché par le gouvernement bruxellois et son Ministre-Président pour trouver une solution dans les plus brefs délais, et le soutiendra avec loyauté dans cet exercice. L’important est qu’une solution permette le maintien de l’emploi jusqu’à la réforme attendue. Dans l’intervalle, et en alternative, le travail parlementaire autour de l’ordonnance dite sparadrap se poursuivra.

DéFI rappelle également que la question du respect du droit du travail, notamment dans le cadre du développement de l’économie de plateforme, est une question fondamentale qui relève des compétences du ministre fédéral de l’Emploi. DéFI veillera à ce qu’il soit bel et bien abordé par ceux qui en ont la vraie responsabilité et enjoint les administrations compétentes à assurer les missions de contrôles nécessaires au respect du droit social et fiscal.

Un compromis trouvé

Ce vendredi 10 septembre, Emmanuel De Bock, chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois, était l’invité politique de BX1 pour expliquer le compromis trouver à la Région entre chauffeur LVC et taximen :

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“Accord de principe” avec Engie : une communication de crise pour masquer un arrêt des réacteurs en 2025 et ses incertitudes
“Accord de principe” avec Engie : une communication de crise pour masquer un arrêt des réacteurs en 2025 et ses incertitudes
« Une occasion manquée qui hypothèque l’avenir »
Réforme des pensions "Une occasion manquée qui hypothèque l'avenir"
La 141ème foire de midi prend son envol
Région bruxelloise La 141ème foire de midi prend son envol
« Quand assurerez-vous le respect de notre État de droit ? »
État de droit « Quand allez-vous assurer le respect de notre État de droit ? »