ACTUALITÉS

fédération wallonie-bruxelles
"La moitié du fonds dédié aux clubs n'a pas été octroyée : il faut la réaffecter"
Le lundi 19 octobre 2020

Le sport, et tout spécialement le sport amateur, est mis à rude épreuve par la crise sanitaire. Compétitions suspendues ou à huis clos : tout le monde est perdant, les sportifs, spécialement les plus jeunes, bien sûr, mais aussi les clubs, les organisateurs, les opérateurs de lieux, le secteur horeca lié aux lieux de sport…

La Fédération Wallonie-Bruxelles avait constitué au mois de mai un fonds d’aide d’urgence pour le sport. Mais six mois plus tard, seule la moitié de ce budget a finalement été attribuée. C’est ce que dénonce le député DéFI bruxellois et à la Communauté française Michaël Vossaert.

Simplifier les procédures

Doté de quatre millions d’euros, ce fonds visait à soutenir les structures affectées par le confinement et la crise sanitaire, clubs amateurs reconnus ou fédérations sportives, dont la viabilité était menacée. Seuls deux millions d’euros ont été octroyés, soit la moitié du budget du fonds d’urgence sport. Pour Michaël Vossaert, « c’est absolument incompréhensible. 528 dossiers ont été jugés recevables, sur 580 dossiers déposés, pour un total de 1,7 million d’euros, selon les chiffres du cabinet de la ministre des Sports en FWB. Seuls 10 % des dossiers acceptés concernent des clubs bruxellois. Ces chiffres trop peu importants résultent de la complexité des démarches à effectuer. Les formulaires de la FWB étaient tellement compliqués qu’ils étaient assortis d’un vade-mecum de dix pages pour expliquer la marche à suivre. Beaucoup de clubs sont gérés par des bénévoles. Ils ne disposent pas des ressources humaines nécessaires pour s’embarquer dans un tel parcours administratif.  A cet égard, mettre clubs amateurs et fédérations sportives sur le même pied revient à défavoriser les premiers. Il faut une simplification administrative des procédures de demande de soutien. Ce fonds est un échec pour nos clubs sportifs. »

Chèque-sport

Les deux millions restants ont été réaffectés, explique la ministre. Michaël Vossaert demande que l’affectation de ces budgets soient réévaluée. Le gouvernement de la FWB rappelle de son côté que trois millions d’euros ont été débloqués durant le conclave budgétaire de la semaine dernière afin de soutenir les fédérations sportives touchées par la crise sanitaire.

Michaël Vossaert avait également, dès le mois de juin, déposé sur la table du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles l’idée d’un chèque-sport permettant aux familles touchées par les pertes de revenus liées à la crise du Covid 19 de ne pas renoncer aux affiliations sportives. Cette proposition a rencontré du soutien dans l’hémicycle mais, explique le député bruxellois, « la majorité à la Fédération Wallonie-Bruxelles a rejeté notre proposition. C’est une occasion manquée car ce chèque constituait un vrai coup de pouce, une aide pour les citoyens impactés par cette crise. Un moyen de réduire le coût d’une inscription à un stage ou dans un club sportif et de ne pas renoncer à l’activité sportive pour soi ou ses enfants. Je regrette la décision de la majorité mais je continuerai à proposer des solutions pour soutenir le monde sportif. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
“Il faut que l’on repense la mécanique de la prise de décision”
Covid-19 “Il faut que l’on repense la mécanique de la prise de décision”
“Pour DéFI, le système idéal reste une taxation kilométrique intelligente concertée entre les 3 régions. À défaut, il privilégie un péage zonal”
Région bruxelloise “Pour DéFI, le système idéal reste une taxation kilométrique intelligente concertée entre les 3 régions. À défaut, il privilégie un péage zonal”
« Le contrôle démocratique en sort renforcé ! »
Conseil communal virtuel « Le contrôle démocratique en sort renforcé ! »
“Il est inconcevable que le choix libre d’aller vivre en maison de repos soit l’objet d’une discrimination en cas d’épidémie”
Parlement bruxellois “Il est inconcevable que le choix libre d’aller vivre en maison de repos soit l’objet d’une discrimination en cas d’épidémie”